Médecine et Naturopathie : la résurrection de l’Asticothérapie

Print Friendly, PDF & Email

Médecine et Naturopathie : la résurrection de l’Asticothérapie

Un article d’André Girard. <Section techniques naturopathiques>

           

Il arrive parfois que la médecine conventionnelle bien qu’elle soit le fruit d’un siècle de recherche en chimie pour guérir nos maladies , se heurte à des cas rebelles qui bravent toutes les molécules imaginables de synthèse .De plus, certaines molécules thérapeutiques, même anciennement connues (ex : Hydréa Hydroxycarbamide) freinent considérablement la cicatrisation, chez les malades qui par ailleurs doivent suivre ces traitements. L’obésité et surtout le diabète sont également bien connus pour poser quelques problèmes dans ce domaine.

Une anecdote

Je voudrais ici citer deux retours en arrière sur des thérapies plus que millénaires :

  • L’ASTICOTHERAPIE
  • Le MIEL de THYM.

Alors que je courrais de médecins en professeurs pour mon laboratoire pharmaceutique il y a une quarantaine d’année, j’ai rencontré un médecin militaire (chirurgien des armées) ayant servi en Indochine qui me louait la grande efficacité de l « ASTICOTHERAPIE ».

Lorsque nous avions des soldats blessés impossible à secourir immédiatement (car les Viêt-Cong  étaient partout) leur chance, pour éviter de voir leurs plaies s’infecter sous ce climat chaud et humide, était de laisser les mouches « déposer leurs semences » me disait-il. J’avoue avoir été interloqué sur le coup et devant mon air méfiant, il crut bon de rajouter, je cite : « si, si les snobs appellent cela la maggot thérapy  et les délicats la luciliathérapie »

Des thérapies plus que millénaires…

Cela m’évoqua des souvenirs de lecture sur les différents peuples utilisant les vers pour nettoyer les plaies. Que se soient les Mayas, les Aborigènes d’Océanie, mais aussi Amboise PARE (1509- 1590), et plus près de nous Jean Dominique LARREY lors des épopées Napoléoniennes en sont les témoins.

En 1935 au Mount alto hospital de Washington, le Docteur Robinson étudia le pouvoir cicatrisant de l’allantoïne. Cette substance fut découverte plus d’un siècle auparavant par Louis Nicolas VAUQUELIN dans les liquides amniotiques, les urines de vaches et juments gravides, la bave d’escargot et enfin dans les larves d’insectes. Elle est à la fois cicatrisante, détergente, et désodorisante.

Brave mouche !

La souche de mouche retenue pour ses bienfaits est nommée Lucilia sericata car ses larves digèrent tous les tissus nécrosés et morts sans s’attaquer aux tissus vivants avoisinants ni au principe cicatrisant de granulation. Les traitements, pas toujours bien acceptés par le personnel soignant (il faut le dire) durent une à deux semaines, jusqu’à ce que la plaie soit propre, tous tissus non vascularisés détruits.

Un protocole très sérieux est mis en place car les pansements doivent être occlusifs (afin d’éviter les fuites de larves) et étanches pour prendre des douches. Ils doivent être remplacés tous les deux à quatre jours. Quant aux larves, dès la ponte, elles sont isolées et stérilisées.

<Asticothérapie>

Quel mode d’action ?

Des chirurgiens Américains expliquaient en 1992 le mode d’action suivant : « le débridement saprophyte est fondé sur l’arrêt de la croissance bactérienne au niveau des tissus nécrotiques et sur l’assimilation des déchets organiques par les larves ». Il est vrai que l’on recherche toujours la destruction de la fibrine pour permettre une meilleure cicatrisation !

Aujourd’hui de nombreux pays comme le Royaume Uni, l’Allemagne, la Belgique, la Nouvelle Zélande et depuis peu la France (CHU. De Montpellier et Saint-Etienne) redécouvrent cette méthode peu onéreuse et très efficace.

N’oublions pas le miel

Par ailleurs  en ces temps difficiles, il est aussi intéressant de noter les capacités cicatrisantes du miel , bien connues et utilisées jadis, mais trop vite reléguées en faveur des produits de synthèses du 20ème siècle. Nous devons ce retour au Professeur DESCOTTE du C.H.U de Limoges qui depuis des décennies et après avoir testé différents miels propose dans cette indication le miel de thym remarquablement efficace. Ce miel active très nettement la réparation des plaies et les molécules antiseptiques de la plante transportées par les abeilles évitent les surinfections!

<Les vertus du miel – Pr DESCOTTE de Limoges (CHU)>

Un grand BRAVO pour les abeilles et pour les Egyptiens qui avaient tout compris, il y a 2000 ans…

LA REVUE FRANCOPHONE de GERIATRIE et de GERONTOLOGIE d’Avril 2006, Tome XIII, N°124

Laissez vos comentaires (bien asticotés!) ci-dessous…

André Girard.

Naturopathe. Auteur des livres « L’écol’energie » et « Cancer-obésité. Le poids du mensonge ».

Blog : http://lecolenergie.centerblog.net/

Courriel : andre.girard6903@orange.fr

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Médecine et Naturopathie : la résurrection de l’Asticothérapie, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Incoming search terms:

  • asticothérapie
  • asticothérapie belgique
  • miel de thym et rosacée
  • en nathuropathie l es vertus du miel de thym
  • asticottherapie
  • asticothérapie video
  • asticotherapie france
  • asticothérapie en france où en trouver
  • asticothérapie en france
  • soigner plaie Naturo