Une interview du Dr. Jean Polak à propos de son livre « Médecine Traditionnelle Européenne »

Print Friendly

Une interview du Dr J. POLAK réalisée par Gille DONGUY. <Section Flash’livre>

mte

Suite à la lecture passionnante de son livre ‘Médecine Traditionnelle Européenne’, j’ai contacté le Dr Polak  qui m’a accordé une interview en toute simplicité. Voici donc mes questions…et les réponses avisées du Dr. Polak!.

.

G. Donguy

Dans votre ouvrage « Médecine Traditionnelle Européenne », vous revisitez les concepts anciens indo-européens de la théorie des 5 éléments, des 4 énergies, des 4 humeurs…. Quelle démarche vous a amené à établir une « néo conception », en quelque sorte, de ces modèles analogiques ?

.

Dr. Polak

On trouve de tout dans les écrits d’Hippocrate (sans compter le fait que beaucoup de textes ne sont pas de lui) : on trouve quelques données d’une grande clarté, d’un intérêt fondamental, celles qui ont trait au raisonnement analogique, et à côté de cela pas mal d’inepties manifestes. Il en va de même chez Galien, qui a repris ses théories 5 siècles après, et qui a dominé la pensée médicale pendant 15 siècles. Et cela a été de mal en pis avec tous ceux qui ont voulu appliquer ces théories de façon dogmatique : bien que Galien les considérait d’un intérêt très limité (comme en médecine moderne), on dit qu’encore au 19e siècle les saignées ont fait couler plus de sang que les armées de Napoléon…

Il convient donc de faire un tri sérieux, de ne pas tout rejeter sous prétexte des absurdités raillées avec raison par Molière, mais de ne rien accepter sans vérification.

En partant de ce principe, on s’aperçoit que la théorie analogique des 4 éléments, revue et corrigée, est un outil formidable. Mais sans aborder ce qui est transmis de façon critique, c’est inutilisable, ça ne marche pas. Et pourtant il n’y avait pas grand-chose à corriger (c’est-à-dire à rétablir comme cela l’était forcément au départ), comme je l’explique dans mon livre et dans mes cours.

Le fait de connaître et pratiquer la médecine Ayurvédique et la médecine Chinoise m’a été indispensable pour remettre un peu d’ordre dans la Tradition européenne, car ces 3 médecines Traditionnelles ne font qu’expliquer la même chose de 3 façons différentes. Et contrairement à la Médecine Traditionnelle Européenne (MTE), qui même du temps d’Hippocrate n’était déjà plus très bien comprise, les 2 autres traditions se sont assez bien conservées, surtout la tradition Indienne, la plus proche de la MTE. A tel point qu’elle semble complètement figée depuis quelques millénaires. D’où l’intérêt d’un 4e élément… la recherche médicale moderne (tant qu’elle n’est pas dévoyée par Big Pharma).

Je ne dirais donc pas que la MTE que j’enseigne est une néo-conception : c’est plutôt un retour aux sources. Si une Tradition médicale s’est déformée au cours de sa transmission, il ne faut pas l’accepter les yeux fermés, car, si elle a perdu son efficacité au cours des temps, au départ elle était très performante. (Il en va d’ailleurs de même pour  l’acupuncture : les recettes, décevantes, utilisées actuellement, ne doivent pas cacher le fait que si l’on en revient à un raisonnement purement énergétique, comme en Acu-AnMo, c’est une méthode très fiable et rapide).

.

G. Donguy

Je pensais que la Médecine Traditionnelle Européenne était par défaut tout simplement la Naturopathie, telle que modernisée et rationalisée par PV MARCHESEAU, dans son courant « orthodoxe ». Quels sont selon vous les liens, synergies et/ou différences entre MTE et Naturopathie actuelle ?

 

Dr. Polak

La MTE est une médecine naturelle, mais ce n’est pas la Naturopathie. Ou plus exactement, bien que proche dans sa philosophie, c’est un autre point de vue sur l’alimentation, la phytothérapie, et la compréhension des maladies : une autre façon de les aborder, même si certaines choses se recoupent avec la Naturopathie, mais d’autres non.

Le Raisonnement Analogique utilisé en MTE permet surtout un raccourci très intéressant dans le diagnostic et le traitement, par rapport à l’abord de la Naturopathie. Et les traitements qui en découlent ne sont pas les mêmes : pas de compléments alimentaires par exemple. Beaucoup de conseils alimentaires peuvent se recouper, mais d’autres non. Cependant comme en Naturopathie, les conseils alimentaires personnalisés sont la base des traitements en MTE, éventuellement complétés par de la phytothérapie sous forme de mellites – forme galénique tombée dans l’oubli et pourtant extrêmement performante, pour l’action perbucale qu’elle permet (un peu comme en homéopathie).

En MTE on procède de la façon suivante : on établit d’abord un diagnostic personnalisé de Terrain basé sur le Raisonnement Analogique, puis on voit grâce au même Raisonnement Analogique quelles erreurs alimentaires sont la cause de la maladie, et éventuellement on choisit en plus des plantes pour rééquilibrer et dépolluer, toujours selon le Raisonnement Analogique. Et une autre particularité est aussi que ces plantes sont souvent conseillées en séquence, c’est-à-dire dans un ordre précis et indispensable.

 

G. Donguy

Selon les concepts de la MTE, les plantes font l’objet d’une classification en rapport. Or la Médecine Traditionnelle Chinoise a une approche similaire via la théorie des 5 éléments (entre autres).  Le Dr. Yve Réquéna (à qui j’adresse un salut au passage !) à fait un travail remarquable sur la classification des plantes occidentales basée sur la théorie des 5 éléments et du Tai Ji, définissant ainsi dix constitutions selon le versant Yin ou Yang de chaque élément. Connaissez-vous cette approche ? Comment positionnez-vous l’approche MTE par rapport à l’approche MTC appliquée aux plantes occidentales ? Sont-elles complémentaires, cohérentes ?

 

Dr. Polak

Les vieux traités de Phytothérapie classaient l’effet des plantes avant tout selon le Raisonnement Analogique. De nos jours la Phytothérapie est cependant devenue de l’allopathie avec des plantes : tel symptôme, telle plante, alors que la MTE s’occupe surtout d’équilibrer le Terrain, les symptômes n’étant dus qu’à un déséquilibre de celui-ci.

J’ai lu les travaux de Réquéna, mais mon point de vue n’est pas d’aller chercher ailleurs ce que nous avons déjà dans notre propre Tradition, spécifiquement adaptée à notre culture, notre climat, nos habitudes alimentaires, notre flore, etc. : toutes choses différentes de celles de la Chine (ce qui n’exclut cependant pas d’aller y chercher l’Acupuncture, dont nous n’avons pas d’équivalant dans notre Tradition).

De plus il ne faut pas confondre les 5 ‘mouvements’ ou 5 ‘transformations’ de la médecine Traditionnelle chinoise (MTC), et les 5 éléments de la Tradition Indo-Européenne, même si les premiers missionnaires Jésuites ont traduit les termes chinois en fonction de leur culture européenne : il ne s’agit absolument pas de la même chose.

  

G. Donguy

Vous insistez bien sur l’intérêt du caractère analogique du bilan selon la MTE, sans pour autant négliger les connaissances modernes de la biologie Humaine. Diriez-vous que cette approche, plutôt  holistique,  permettrai de donner plus de cohérence à la médecine conventionnelle réductionniste, qui se perd parfois dans les détails et l’excès de substances chimiques anti-symptomatiques?

 

Dr. Polak

Le Raisonnement Analogique, utilisé sous une forme ou une autre par toutes les grandes Médecines Traditionnelles (MTE, Ayurveda, MTC, etc.), est un système mnémotechnique utilisant des références analogiques préétablies par la Tradition (4 éléments, 4 humeurs, 3 doshas, yin-yang, etc.) pour classer les symptômes et ainsi établir un diagnostic précis du Terrain, et pour classer les aliments et les plantes, qui, choisis ainsi, peuvent rééquilibrer ce Terrain et rétablir la santé.

Le Raisonnement Analogique ne décrit pas la réalité : il la résume et la hiérarchise, pour ne pas se perdre dans les détails, comprendre la globalité, et le processus pathologique, et ainsi être plus efficace, et ce de façon rapide.

Il est bien évident que si la médecine officielle, qui ne cherche jamais la cause première d’une maladie, et a complètement oublié le ‘primum non nocere’ d’Hippocrate, en tenait compte, ce serait un grand progrès, mais ceci ne correspond absolument pas à la culture dominante actuelle.

 

G. Donguy

Vous soutenez que les théories des humeurs telles que présentées classiquement ne permettent pas de dresser un bilan de santé (ou diagnostic) correct, au vu de certaines incohérences : la tradition aurait été mal transmise. Les corrections que vous apportez à cette tradition sont-elles uniquement dues à une ré-analyse de votre part, ou disposez-vous de traces historiques montrant une telle dérive de cette tradition ?

 

Dr. Polak

Il faut déjà bien comprendre par exemple que les « humeurs » ne sont manifestement pas des substances, mais un terme mnémotechnique pour désigner les fonctions fondamentales du corps, que l’on peut regrouper par quatre.

Quand les analogies ne sont pas comprises pour ce qu’elles sont, ou ne concordent pas entre elles, ou ne correspondent pas à la réalité, la MTE ne peut être qu’une conception abstraite, folklorique, mais pas une méthode performante de diagnostic ou de choix thérapeutique.

Et historiquement on constate effectivement une dégradation continue de la MTE, mal comprise, entre la Grèce antique, puis romaine, les Califats arabes, la scholastique du moyen-âge, l’époque de Molière et après. Le traitement était de moins en moins choisi en fonction d’un diagnostic basé sur le Raisonnement Analogique, puisque celui-ci était de moins en moins appréhendé. D’ailleurs comme je l’ai dit au début, même Hippocrate ne maitrisait manifestement plus que quelques bribes d’une tradition bien plus ancienne, même s’il fut le premier à mettre par écrit le peu qu’il en comprenait.

Mais si on ré-analyse ce ‘peu’, qui est tout de même extraordinairement lumineux, et que l’on fait une ou deux corrections dictées par la logique et le bon sens, on rétablit un système médical hautement performant.

 

Gilles Donguy

Vous proposez une formation de 3 jours pour les professionnels de santé. On pense bien sûr en premier lieu aux ostéopathes, réflexologues et autres  naturopathes…Avez-vous parmi vos élèves des médecins (homéopathes ou non !), et si oui, cela a t‘il sensiblement modifié leur pratique, dans la mesure où vous avez un retour de leur part ?

 

Dr. Polak

Comme tout ce qui est efficace, la MTE est simple. Ceci permet de l’enseigner facilement aux professionnels de la santé comme les naturopathes, les ostéopathes, les infirmières, les kinésithérapeutes, et bien sûr les médecins, qui, homéopathes ou non, sont nombreux à avoir suivi mes cours (même si à l’échelle nationale ceci reste bien sûr marginal). Pour tous ces professionnels, la MTE ne remplace pas leur pratique, mais la complète très utilement, car elle leur permet de comprendre le processus des maladies, et leur permet de conseiller leurs patients d’une façon qui peut tout changer pour eux.

Car comme l’écrivait Celse, médecin de l’antiquité : « La médecine est faite de trois parties : celle qui utilise les remèdes, celle qui se fait avec les mains, et la diététique« .

 

Pour en savoir plus : www.m-t-e.fr

.

Livres du Dr Jan Polak :

.

Version PAPIER

mte_papier

.

Version NUMERIQUE 

mte

 

Gilles Donguy

Des commentaires? Des questions ? Profitez de l’espace réservé à cet effet ci-dessous!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Incoming search terms:

  • Médecine Traditionnelle Européenne
  • livres médecine traditionnelle africaine
  • livre de medcine traditionnelle
  • medecine naturelle traditionnelle européenne
  • mellite docteur
  • médecine traditionnelle polak jan pdf
  • ouvrage de POLAK
  • medecine traditionnelle plantes europe livre
  • médecine traditionnelle européenne polak
  • cabinet du dr jean polak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *