Un distinguo fondamental

Print Friendly

Un distinguo fondamental : Hygiénisme et Naturopathie!

Un article de Gilles Donguy. <Section Naturopathie fondamentale>

Parmi les praticiens de Santé Naturelle, nous trouvons en France les Hygiénistes, les Naturopathes, les Hygiénistes Naturopathes, les Naturopathes orthodoxes, etc. Que recèle donc  cette diversité terminologique ? Hygiénisme ou Naturopathie ?

Chiens et chats !…

Les « Trois pierres d’achoppement » (à savoir l’alimentation, les techniques de soins, et l’intégration de concepts modernes)  évoquées  dans l’article fondateur de ce blog, sont particulièrement saillantes et coupantes en ce qui concerne les « Frères ennemis » (que dis-je « Le frère et la sœur ennemis ») que sont l’Hygiénisme et la Naturopathie. Plus que des pierres, ce sont des rochers !

Bien que partageant quelques principes fondamentaux inaltérables, les points de discordes entre l’Hygiénisme pur et dur et la Naturopathie moderne sont en effet aussi intraitables que l’est, à de rares exceptions près dues à sensibilité de tel ou tel courant naturopathique,  la mésentente entre chiens et chats !

Faisons tout d’abord connaissance avec « Frère Hygiénisme ».

 

Quel Hygiénisme ?

La question mérite d’être posée, car en effet ce terme recouvre différentes réalités, trois pour être précis :

  • L’hygiénisme au sens de mise en œuvre de précautions pour améliorer la santé publique (la propreté, l’asepsie, etc.)
  • L’Hygiénisme en tant que l’un des principes fondamentaux (qui feront l’objet d’articles ultérieurs) de la Naturopathie : prévention de la santé  par la mise en œuvre  de techniques naturelles et une Hygiène de vie adaptée à l’individu.
  • Et enfin l’Hygiénisme en tant que courant de pensée prônant l’auto guérison par l’alimentation dite « spécifique » et le jeûne. Celui qui nous intéresse dans le cadre de cet article !

 

Frère Hygiénisme : un commandement fondamental et quelques lois !

L’hygiénisme ainsi défini prend sa source aux USA au 19° siècle avec  les pionniers Isaac JENNINGS, Russel TRALL , Sylvester GRAHAM,  George H. TAYLOR, puis fin du 19° et début du 20 ° siècle, notamment sous l’impulsion de John H. TILDEN et du Dr Herbert Hebert M. SHELTON (1895-1985). C’est ainsi que fût ravivé le flambeau de la Déesse Grecque de la santé Hygéia, à l’origine du terme Hygiène.

Les principes de base de la  doctrine Hygiéniste sont relativement simples :

  • L’alimentation spécifique : crue et conforme en gros à celle des grand singes censés être « frugo-végétariens » et qui ont, selon l’anatomie comparée, le même système digestif que l’homme (ou l’inverse !) : pas de viande (c’est pour les carnivores !) et pas de céréales (c’est pour les granivores !)
  • Pas ou peu de techniques de soins : à de rares exceptions près, les massages, plantes et huiles essentielles (qui sont des poisons), compléments alimentaires, etc. sont inutiles, voire nuisibles et anti spécifiques.
  • Les concepts d’Enervation et de Toxémie : « l’Enervation » est une baisse de l’Energie nerveuse, la  « Toxémie » est l’intoxication du Sang et au-delà des humeurs, source potentielle de tous les désordres de santé. Ces concepts sont les deux premières étapes de l’évolution de la maladie parmi les 7 étapes selon TILDEN.

Ainsi le crédo de base, le « Premier commandement » de la bible  Hygiéniste, est l’élimination de la cause des maladies, cette cause étant le non-respect des principes ci-dessus, engendrant à terme la « Toxémie » : c’est le concept de CAUSALISME. Pour les hygiénistes, les causes qui sont sources de santé sont les même qui doivent être mises en œuvre  pour la guérison de telle ou telle pathologie. S’y ajoute  la pratique du Jeûne si nécessaire pour éliminer la Toxémie.

Notons d’ores et déjà que ce principe de Causalité est également repris par la Naturopathie avec quelques nuances…

En France l’Hygiénisme radical est représenté par Albert MOSSERI, qui anime la revue « Le bon guide de l’Hygiénisme ». Albert MOSSERI fait référence également à la source Grecque de l’Hygiénisme, arguant des temples où était pratiqué le jeûne. Un courant plus modéré ou plus « ouvert » sur le plan de l’alimentation (combinaisons alimentaires) et des techniques de soins est à l’actif de Désiré MERIEN.

Dans les deux courants, l’accent est mis par ailleurs sur la connaissance de l’anatomie-physiologie humaine, jugée digne d’intérêt, et une certaine défiance (pour l’hygiénisme radical surtout) vis à vis de la médecine moderne vue comme potentiellement iatrogène.

Au-delà de la doctrine de base vue ci-dessus, l’Hygiénisme édicte plus d’une trentaine  de lois, sortes d’axiomes sur la santé et la maladie,  issues de grandes figures de la santé naturelle.  Elles sont explicitées dans un ouvrage d’Albert MOSSERI, « Confiez votre santé à la nature »  ainsi que dans le livre « Initiation à la Santé intégrale » par le regretté Naturopathe André PASSEBECQ (en collaboration avec Sabrina HEYSE).

André PASSEBECQ va justement nous permettre ici de faire la transition vers « Sœur Naturopathie ».

 

Sœur  Naturopathie : une bible un peu plus fournie !

La Naturopathie puise ses racines dans le même terreau que l’Hygiénisme.

Robert Masson précise qu’elle existe potentiellement depuis l’aube de l’humanité, l’homme ayant toujours cherché à soulager ses maux par les mains (massages, impositions), l’argile, les plantes, etc., bref à l’aide d’agents « naturels ».

En occident, depuis la Grèce antique jusqu’à nos jours, de grandes figures Européennes ou Américaines de la santé naturelle de diverses tendances (HIPPOCRATE, PARACELSE, KNEIPP, JENNINGS, TILDEN, SHELTON, SALMANOF, CARTON, GEFFROY et bien d’autres !) ont apporté leur contribution  et jeté ainsi les  bases de ce qui deviendra la Naturopathie.

Si le terme « Naturopathy » (« Chemin de la Nature ») est officialisé principalement aux USA par Benedict LUST (Médecin, ostéopathe) en 1902 après en avoir racheté les droits à un certain John SCHEEL, Pierre-Valentin MARCHESSEAU a non seulement importé ce terme en France dans les années 40, mais  il a surtout donné ses lettres de noblesse à la Naturopathie en la structurant à partir des données éparses de ses prédécesseurs.

Il a entraîné dans son sillage plusieurs générations d’Hygiénistes (MOSSERI et MERIEN déjà cités) et de Naturopathes (Grégoire JAUVAIS, Philippe DARGERE, André ROUX, Robert MASSON, Daniel  KIEFFEER, etc.)

La structuration de la Naturopathie selon MARCHESSEAU peut être appréhendée, en simplifiant,  selon trois grands axes :

  • Des principes fondamentaux : VITALISME, CAUSALISME, HOLISME, HYGIENISME, HUMORISME et TOXILYMPHEMIE.
  • Les 3 cures (Drainage, Revitalisation, stabilisation)
  • Les 10 grandes familles de Techniques de soins.

Le concept Hygiéniste de TOXEMIE trouve un écho dans celui plus Naturopathique de TOXILYMPHEMIE, qui renvoi à l’intoxication du Sang et de la Lymphe et donc plus globalement des « Humeurs ».

Nous retrouvons le côté « Interventionniste » de la Naturopathie dans les 10 grandes familles de techniques de soins (réfutées globalement par l’Hygiénisme radical), dans lesquelles peuvent se caser toutes les thérapies possibles, existantes,  imaginables et à venir dans la mesure où elles sont en phase avec les principes fondamentaux de la Naturopathie (j’y reviendrai dans un prochain article).

Ces familles sont (les termes peuvent varier selon les auteurs) : Bromatologie, Hydrologie, Psychologie, Phytologie, Actinologie, Réflexologie, Exercices, Chirologie,  Magnétologie,  Pneumologie.

 

Et à nouveau un Distinguo ?

Vous avez compris qu’au-delà du clivage Hygiénisme / Naturopathie, nous retrouveront en Naturopathie les mêmes pierres d’achoppement,  à un degré moindre il est vrai, selon les différentes sensibilités : de la Naturopathie Orthodoxe proche de l’Hygiénisme à la Naturopathie Interventionniste très « pro-techniques de soins », l’éventail Naturopathique (évoqué dans un précédent article) se déploie via une palette de courants ayant chacun leur chef de file !

Pour autant, s’il appartient à chaque courant de clarifier et d’argumenter son point de vue sur tel ou tel sujet de discordance (les 3 pierres d’achoppement), gardons à l’Esprit que  les bases fondamentales de la Naturopathie restent communes et vont nous guider à tous les niveaux dans ce blog!

Laisser votre commentaire sur cet article, en respectant bien sûr la règle  RCS : Respect, Cordialité, et Sincérité !

Naturo’Clairement votre,

Gilles Donguy.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Un distinguo fondamental, 5.5 out of 10 based on 2 ratings

Incoming search terms:

  • naturopathe hygiéniste
  • hygiénisme
  • hygiéniste naturopathe
  • naturopathie interventionniste
  • ecole hygiénisme
  • hygieniste question pour un bilan vital?
  • hygienisme naturopathie
  • formation hygiéniste naturopathe
  • hygiénisme vs naturopathie
  • hygiènisme org

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *