Pensées chimiques d’un Naturopathe

Print Friendly, PDF & Email

Un article d’André Girard.

fragile_futur2

Pour le Naturopathe, le 18ème siècle c’est d’abord l’avènement de la chimie moderne avec l’Anglais Joseph PRIESTLEY et en France Antoine LAVOISIER. Au cours du 19ème siècle c’est la classification des éléments par Dimitri Ivanovitch MENDELEÏEV et son brillant tableau qui ne cesse d’évoluer…

.

Notre monde terrien

Nous savons aujourd’hui que l’évolution de notre monde « terrien » est soumis à des lois singulières, comme le montrent les récents développements en nanotechnologie. Ils nous offrent une meilleure compréhension à l’échelle macromoléculaire. La chimie fut « science centrale » tout au long des 18, 19 et 20ème siècles pour ses liens avec la biologie, les médicaments et la médecine en générale, mais aussi avec toutes les sciences des matériaux (plastic, caoutchouc, fibres carbone…) et le reste encore avec la découverte des terres rares, pour toutes les applications liées au génie des procédés de communication (télévision, téléphone,ordinateur …).

Pour ce qui est des sciences de la matière, jusqu’au milieu du 20ème siècle, elles furent étroitement liées à la physique classique. En effet, physique-chimie étaient enseignées ensemble. Aujourd’hui, le lien ondes/corpuscules en physique quantique perpétue à juste titre ce savoir.

.

Oui mais…

En thérapie naturelle, tout en gardant une place incontournable et légitime à la chimie (en tant que science exacte), une partie de cette dernière dite de synthèse et issue en grande majorité de l’industrie du pétrole, se voit remise en question.

Il apparaît de plus en plus en effet qu’au niveau médicamenteux certaines molécules atteignent leurs limites de tolérance. Par ailleurs, la stabilité chimique de nombreux produits de synthèse leur confère une faible biodégradabilité, donc une très longue durée de vie. C’est le cas des polluants organiques persistants (P.O.P).Ces molécules ayant pour origine, engrais (NPK), insecticides, pesticides, fongicides, herbicides et autres, se retrouvent dans les sols et les eaux. Elles deviennent ultra contaminante de la chaîne alimentaire. Ainsi, les surproductions deviennent illusoires en raison de leurs méfaits de plus en plus constatés.

Depuis l’épopée de Monsieur ROCKEFELLER et sa standard oil aux USA les éléments des abysses terriennes ont constitué la richesse des grandes firmes mondiales, telles MONSANTO, BAYER, DOW CHEMICAL, SYNGENTA pour ne citer qu’elles.

.

Petit Hic pour un Naturopathe

Depuis l’aube des temps, la vie s’est développée sur notre planète avec diverses  molécules « énergétisées » de surface et sous l’influence de l’eau (H2 O), (++ -), très réactive et du soleil (photons). Or, nous savons aujourd’hui que l’eau « piège » dans ses molécules en cercle, une grande partie de l’information du vivant, à l’instar de l’ADN en forme d’anneau de Möbius.

Nous voyons donc ici la différence qu’il peut y avoir en énergie vitale, entre des molécules construites à partir d’éléments en provenance des confins de la terre, et nos « briques » constitutives de surface.

La meilleure preuve à retenir est l’efficacité (en santé) de certains alcaloïdes de plantes qui guérissent sans « trop » d’effets collatéraux dommageables.. ! S’ils sont bien sur utilisés et avec raison.

Je n’en citerai que quelques-uns pour exemple dans la pharmacopée :

  • La salicyline produite par salix alba, spiréa ulmaria…, mondialement connue et utilisée pour ses effets anti-inflammatoires (mère de tous les composés salicylés).
  • La ciclosporine produite par un champignon (tolypocladium inflatum) sans laquelle beaucoup de greffes seraient inutiles car rejetées.
  • La colchicine produite par le colchique d’automne pour les goutteux et autres…
  • L’artémisinine produite par artémisia annua qui transforme la vie de millions de paludéens, grâce aux travaux nobelisés en 2015 de Madame Youyou  TU.

.

La liste est très longue de tous ces principes actifs, offerts à l’homme par Madame nature sans que nous lui en soyons vraiment reconnaissants. Notre industrie s’est obstinée à en copier l’effet « miroir », synthèse moins chère nous dit-on ?

En toxicologie, il est bien connu que pour franchir la barrière cellulaire afin de détruire la vie de la cellule, il faut lui présenter un leurre pour que le produit soit accepté et pénètre. C’est ainsi que l’on a recours aux molécules organochlorées, organophosphorées (qui ciblent les cellules du vivant), etc…

Ces produits sont à la base des insecticides, fongicides et autres ! Les virus, bactéries, champignons, étaient essentiellement répandus par les airs, les vents, la concentration des êtres. Aujourd’hui on voit apparaître dans les sols, totalement modifiés par les monocultures et les traitements chimiques fongicides, des nouvelles souches type TR 4 (tropical race 4). Ces champignons s’infiltrent sournoisement par les racines des plantes.

S’éloigner de ces types de produits phytosanitaires est parfois difficile tant les informations manquent ou sont biaisées par la publicité pour le citoyen lambda .Il ne faut donc plus s’étonner si les industries agroalimentaires, pharmaceutiques, phytosanitaires offrent d’année en année des moments de panique aux consommateurs

La véritable prévention santé ne devrait-elle pas se faire en amont ???

Les pouvoirs publics ne se précipitent pas pour faire étudier, de façon scientifique et au travers des soins sécurité sociale, l’intérêt des comportements bio chez les consommateurs.

L’attrait pour les soins alternatifs et les compléments alimentaires de façon assidue et responsable, est à cette heure, très significatif. Certaines mutuelles l’ont d’ailleurs bien compris. A mon sens, le premier effort à accomplir est le suivi de l’alimentation des femmes enceintes et ce, dès le début de grossesse car la plupart des produits sus-cités sont impliqués dans les troubles comportementaux.

.

La suite

Après la chimie, nous verrons dans un deuxième temps, en physique : les ONDES –  celles qui nous unissent, celles qui nous éloignent, celles qui nous guérissent ou nous altèrent ….

.

André Girard.

Naturopathe. Auteur des livres « L’écol’energie » et « Cancer-obésité. Le poids du mensonge ».

Sur tous les sujets traités par A.Girard dans ce blog, possibilité de conférences/débats pour les associations sur demande :

Blog : http://lecolenergie.centerblog.net/

Courriel : andre.girard6903@orange.fr

.

Des commentaires? Des questions ? Profitez de l’espace réservé à cet effet ci-dessous!

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Incoming search terms:

  • chimie en naturopathie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *