Naturopathie : vue panoramique !

Print Friendly

Naturopathie : vue panoramique !

Un article de gilles Donguy. <Saga Naturopathie fondamentale>

La Naturopathie d’aujourd’hui est, et doit être celle du 21 siècle, prise en compte de l’évolution des connaissances oblige. Pour autant, ses fondements son immuables, et souvent étayés par les savoirs modernes…

Aux origines

Il n’est pas dans notre propos ici  de retracer l’historique détaillé de la Naturopathie et ses innombrables figures anciennes ou contemporaines (lire à ce propos l’ouvrage très complet de Daniel Kieffer : Encyclopédie historique de la Naturopathie), mais plutôt d’en explorer les racines fondamentales.

Paraphrasons Robert Masson, en rappelant que depuis son aube, l’humanité à toujours instinctivement fait appel à des agents naturels (pas toujours inoffensifs !) pour apaiser ses maux : soulagement et réconfort  par les mains et le massage, usage des boues et argiles, la diète ou le jeûne spontané après quelque excès ou malaise,  appel aux simples…

Pour ces derniers l’homme dû procéder par séries empiriques d’essais-erreurs (parfois fatales) afin  de séparer le bon grain de l’ivraie…car si d’un point de vue Naturopathie, le  « Naturel » est un crédo de base, il ne suffit pas pour autant à garantir l’innocuité et l’efficacité : l’Amanite phalloïde est naturelle, la foudre aussi…ainsi se profila une médecine empirique servie par les Chaman et autres prêtres… Selon Jos. A. Massart (1),  au cours de la  période préhistorique se pratiquaient déjà les réductions de fractures et probablement les trépanations. Il ajoute que la Médecine fût sans doute d’abord magique (les sorciers), puis religieuse…

Développement des civilisations aidant, la médecine, empirique et « naturelle » au départ, commença donc à se structurer : en témoigne la présence toujours vivace de la Médecine Chinoise, la Médecine Ayurvédique,  et bien sûr la Naturopathie, qui est en quelque sorte notre Médecine Traditionnelle Européenne.

Cet empirisme des origines s’est ainsi transformé peu à peu en médecines plus ou moins élaborées et codifiées,  au gré du développement des différentes civilisations de l’Humanité. Certaines de ces médecines sus-évoquées, ayant persisté jusqu’à nos jours, sont  désormais les bien nommées « Ethnomédecines » ou « Médecines naturelles », non sans une pointe de respect ou d’ironie, c’est selon…

Ces  pratiques ancestrales sont parfois multimillénaires et présentent donc la caractéristique de ne jamais avoir « coupé les ponts » avec leurs postulats et modèles de base, contrairement à notre Médecine Moderne. Cette dernière, forte de l’émergence et du développement, au 19° et 20 ° siècle, de sa toute-puissance Chimique et Pasteurienne (citons également Virchow pour la pathologie cellulaire et Liebig, grand réfutateur du Vitalisme), renvoya au rayon chimères et curiosité la plupart de ces pratiques plus ou moins anciennes…

Nous reviendrons dans un prochain article sur la place de ces Médecines par rapport à la Médecine moderne. Mais pour l’instant, remontons aux calendes gréco-latines…

Y retrouver son Grec et son Latin….

C’est incontestablement dans les traditions Egyptiennes, Esséniennes, et tout particulièrement dans le berceau  de la Médecine Grecque antique que la Naturopathie puise ses sources lointaines : le serment d ’Hippocrate, sacralisant le diplôme des Docteurs en Médecine fraichement émoulus, est sans doute l’arbre qui cache la forêt !

En effet, la Naturopathie, comme on peut s’en douter, est bien plus proche dans ses concepts fondamentaux de la Médecine antique que ne saurait l’être la Médecine moderne, laquelle est le théâtre du pire (scandales redondants sur les effets iatrogènes de certains médicaments)  comme du meilleur (ingénierie médicale d’urgence et d’intervention très puissante et salvatrice).

La Naturopathie contemporaine trouve ses sources proches dans les pratiques éparses du 19° et 20° siècle tant aux USA qu’en Europe (voir article un distinguo fondamental). Rappelons que ces pratiques furent codifiées et synthétisées par P.V. Marchesseau dans les années 40.

Pour autant donc, elle s’appuie sur des principes anciens et immuables, tels que ceux édictés par Hippocrate de Cos, considéré comme le père dela Médecine en occident.

La mythologie a d’ailleurs ses dieux de la santé : Asklepios (en Grec) ou Aesculape (en latin) Dieu de la médecine, eut trois filles dignes de lui : Hera au poste de Sage-femme (les accouchements), Panacea pour favoriser la guérison et Higea  pour le maintien de la santé !

Au-delà de la célèbre formule d’Hippocrate, « Que ton aliment soit ton médicament », nous retrouvons dans quelques locutions latines l’Esprit de la Naturopathie :

(1) Primum Non Nocere

En bon Français « Avant tout ne pas nuire »,  maxime on ne peut plus d’actualité eu égard aux inflammations médico-médiatiques récentes telles les « Médiatorites » et autre « Pillulites » …En  Naturopathie on veillera en effet  à limiter au mieux les effets secondaires, le but n’étant pas la répression symptomatique systématique, mais bien la restauration d’un « terrain » propice au retour de la santé. Pour autant, j’assorti ce principe de deux remarques :

  • Il faut souvent de concert traiter la racine (cause profonde) et soulager la branche (symptôme débilitant). Ce principe, emprunté à la Médecine Chinoise, trouve bien sur un écho en Naturopathie. Aussi, l’usage de la  phytothérapie, ou de techniques manuelles par exemple pour soulager la douleur (nous sommes là dans le domaine de certaines techniques Naturopathiques telles que définies par P.V. Marchesseau), n’est pas anodine et requiert une réelle compétence du Naturopathe qui les utilise.
  • D’autre part, il ne faut pas négliger les apports de la Médecine moderne pour soulager des symptômes sévères (douleurs importantes, HTA élevée, etc.), où son efficacité est incomparable (toujours consulter son Médecin en premier lieu, je ne le redirai jamais assez !)

(2) Vis Medicatrix Naturae

En bon Français « C’est la nature qui guérit ». Cette maxime renvoie certes instinctivement à l’usage de « produits et soins naturels » pour soulager, et restaurer la santé (voir maxime précédente !), mais surtout elle sous-entend en fin de compte que c’est l’organisme humain qui est à même de s’auto-guéri: l’action du Naturopathe vise alors à respecter et favoriser cette capacité intrinsèque de l’être humain à retrouver la santé. Cela renvoie d’ailleurs à un concept clef de la Naturopathie que nous verrons plus loin, celui du « Vitalisme »…

(3) Tolle Causam

En bon Français « Traiter la cause ». En Naturopathie en effet, on cherche la cause de la cause de la cause ! Remonter aux causes profondes des problèmes de santé est en effet fondamental, d’où la notion d’enquêtes naturopathiques auxquelles doit se livrer le Naturopathe lors de l’anamnèse de son consultant…Ce principe a été mis en avant par P.V. Marchesseau, c’est le « Causalisme », que nous aborderons plus loin dans cet article.

(4) Deinde Purgare

En bon Français « Détoxifier et purifier l’organisme ». Ce principe sous-entend que l’organisme, aux grés des aléas et des entorses à l’hygiène de vie, à tendance à « s’encrasser », se surcharger de toxines et de toxiques. L’intervention du Naturopathe visera donc à favoriser l’élimination de ces  surcharges, notamment par les jeûnes mais surtout les diètes, tout en optimisant le cas échéant le fonctionnement des organes chargés des éliminations, nommés classiquement en Naturopathie les « Emonctoires ».  P.V. Marchesseau a intégré ce principe au sein de ses 3 cures, ici en l’occurrence la  « Cure de drainage ».

(5) Docere

En bon Français « Enseigner » Le Naturopathe doit en effet être un fin pédagogue, aider son consultant à se responsabiliser, à prendre en main sa santé ! Il  insiste donc  sur l’importance d’adopter une bonne hygiène de vie, à reformer progressivement les habitudes contreproductives pour sa santé… Ce qui fait dire non sans Malice à Robert Masson que la Naturopathie est une « Médecine dure », de ce point de vue en tout cas !

A cheval sur les principes!

La Naturopathie, comme toute obédience de médecine naturelle d’ailleurs,  est à la fois une philosophie, un art et une science. Elle est fondée sur trois principes fondamentaux (entrevus au paragraphe précédent), et deux principes « annexes ».

Les trois premiers principes sont :

  • Le Vitalisme, qui renvoie aux lois de la vie.
  • Le Causalisme, qui renvoie (Lapalisse n’eut pas mieux dit !) aux causes des maladies.
  • L’Humorisme, qui renvoie aux lois de la maladie, dont le foyer biologique est justement l’état des « Humeurs ».

 Trois principes Fondamentaux

Les deux autres principes sont :

  • L’Hygiénisme (ou le Naturisme – au sens de « naturel » : ne pas confonde avec le nudisme qui renvoie à la déambulation dans le plus simple appareil…), qui édicte des règles d’hygiène vitale et de retour à la santé basées sur des agents naturels. P.V. Marchesseau et ses successeurs ont précisé les grands axes de l’Hygiénisme.
  • L’Holisme, qui considère l’homme dans son ensemble (physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel, social), et comme un microcosme reflet du macrocosme qu’est l’univers.

Ces grands principes, dont les applications sont édifiantes et fort pragmatiques,  seront détaillés dans de prochains articles de la saga.

Et les quatre éléments dans tout ça ?

Oui, bien sûr, on  ne saurait parler des origines gréco-latines de la Naturopathie sans évoquer la théorie des quatre éléments !  Cette dernière fut élaborée par le philosophe Empédocle d’Agrigente (490- 430 av. J.C.) qui considérait que toute chose dans l’univers pouvait être classée  dans  l’une des quatre « racines » : Eau, Feu, Air et Terre. Cette théorie (en concurrence, vers la même époque, avec l’atomisme de Démocrite d’Abdère) fut reprise par Platon et Aristote, ce dernier lui   calquant la théorie des quatre « qualités : Froid, Chaud, Sec, Humide.

Puis Hippocrate et ensuite Galien lui ont apposé la théorie des Humeurs  (Ah! Voilà qui nous renvoie à l’Humorisme cité plus haut…)

Pour corser la chose, signalons qu’un auteur de notre époque cette fois-ci, le Dr  Jan Polak, a revisité cette théorie dans son livre « Traité de Médecine Traditionnelle Européenne »  paru en 2009.  Nous y reviendrons…

Du point de vue naturopathique c’est bien sûr la  théorie des Humeurs qui nous intéresse (mais il faut savoir que les 4 éléments ont aussi une application en diététique, à l’instar de la théorie de 5 éléments en MTC!), car elle débouche sur les quatre tempéraments d’Hippocrate, qui sous-tendent, en pratique, l’individualisation de soins fussent-ils naturels selon le dit tempérament…

Et justement, « Tempérament », « Constitution », « Terrain », « Diathèse »…comment s’y retrouver ? Nous tacherons de clarifier la chose dans un prochain article !

Trois cures…

La plupart des lois et principes vus jusqu’ici s’intègrent dans une perspective pratique codifiée par P.V. Marchesseau : les trois cures  et les 10 techniques.

Les trois cures sont :

La cure de désintoxication

Elle vise à libérer l’organisme par le drainage des surcharges, l’élimination des toxines accumulées dans l’organisme. Elle trouve sa justification dans le principe de l’humorisme évoqué plus haut, et au concept associé de toxémie ou toxilymphémie, source fondamentale de maladies selon la Naturopathie (nous y reviendrons en détail).

Elle s’articule autour de trois aspects synergiques :

  • L’assèchement des sources toxiniques
  • L’ouverture des émonctoires.
  • La déconnexion du diencéphale

Il faut être conscient à ce stade des rôles différents mais complémentaires des diètes (au sens restriction alimentaire) et des stimulations émonctorielles (par exemple stimuler la production de bile par le Foie), ces deux approches ayant en commun un effet de désintoxication : l’une par le  repos (mise à jour éliminatoire), l’autre par la stimulation!

La cure de revitalisation

Elle suit en général la cure de désintoxication,  vise à combler les carences  par une diététique  adaptée et des compléments alimentaires naturels le cas échéant.

Il est important de comprendre à ce stade un point capital. En effet il arrive que la prise de compléments alimentaires, fussent-ils de très haute qualité, ne donne pas les résultats escomptés : la toxémie est telle que l’organisme assimile mal les nutriments (les cellules sont « colmatées » par exemple)…Il faut alors d’abord désintoxiquer, et parfois cela suffit à redonner un statut normal de présence humorale à tel ou tel minéral ou vitamine !

La cure de stabilisation

Disons-le tout net, il s’agit d’un « vœu pieux », parvenir à une santé parfaite et durable par une hygiène de vie optimale…mais pour autant le respect des lois de la vie selon la Naturopathie  nous permet de tendre vers cet idéal…

et 10 Techniques

Pour drainer ou revitaliser, la Naturopathie fait appel à diverses techniques parmi les nombreuses que P.V. Marchesseau à regroupées en 10 grandes familles. Classiquement on considère qu’il y a quatre techniques majeures, et 6 techniques mineures.

Les techniques majeures

Ces techniques sont en effet « majeures » car elles sont la base d’une hygiène de vie optimale. Il s’agit de la bromatologie (diététique et nutrition), de l’exercice physique (dans le respect du corps et de la physiologie), de l’hydrologie (usage de l’eau en voie interne ou externe comme la balnéothérapie, les bains dérivatifs…) et de la psychologie (gestion du stress, relaxation, équilibre émotionnel…)

Les techniques mineures

Ces techniques sont en quelque sorte plus « interventionnistes » que les précédentes. Il s’agit de la phytologie (au sens large : plantes huiles essentielles, compléments alimentaires naturels…), de la pneumologie (techniques de respiration et d’oxygénation), de la réflexologie (utilisation des points reflexes de la main, du pied, de l’oreille…), du massage (bien-être, relaxation, équilibre énergétique…),  de l’actinologie (utilisation des rayons : lumière, couleurs…), de la réflexologie (plantaire,…) et du magnétisme (soins énergétiques, magnétothérapie…)

Nous voici arrivé au terme de ce panora sur la Naturopathie. Dans les prochains articles, nous aborderons la place de la Naturopathie dans le paysage santé en France, puis entrerons dans le détail des principes fondamentaux, avec leurs implications pratiques ! A suivre…

Besoin de précisions ? Des remarques ? Des suggestions ? Laisser votre question ou votre commentaire ci-dessous !

Naturo’Clairement votre,

Gilles Donguy.


[1] Histoire de la Médecine. Cours de Jos. A. MASSARD. http://massard.info/pdf/HM001_165.pdf

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 3.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Naturopathie : vue panoramique !, 3.0 out of 10 based on 1 rating

Incoming search terms:

  • cours naturopathie pdf
  • cours de naturopathie pdf
  • naturopathie pdf
  • PDF NATUROPATHIE
  • bromatologie cours pdf
  • l humorisme selon la nathurpopathie
  • anamnèse naturopathie pdf
  • pdf cours de naturopathie
  • naturopathie et empirisme
  • naturopathie statuts en europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *