Naturopathie : vieille et sobre médecine

Print Friendly

Un article d’André Girard.

Le naturothérapeute a toujours recherché dans sa patientèle, des solutions possibles pour réduire voire éliminer les problèmes de santé par une nutrition plus ajustée, une hygiène de vie et enfin les plantes, les H.E, les argiles et tout ce qui est proche du naturel. Ainsi, il a toujours évolué avec des notions d’énergie et de bien être.

.

Des molécules chimiques…

Nonobstant, j’ai toujours défendu, dans le domaine de la santé, les sciences expérimentales dès lors qu’elles débouchent sur des preuves  »évidence – based – médicine », et qu’elles permettent de sauver des vies. Il existe des molécules chimiques incontournables.. ! Tant leurs bienfaits sont manifestes et incontestables :L’insuline, hormone protéique initialement prélevée sur les porcs, trouve aujourd’hui toute sa place en thérapeutique allopathique, bien qu’obtenue par génie génétique. De même pour la cortisone et beaucoup d’hormones qui gèrent avec finesse notre homéostasie. Il est aussi certain que, sans la cyclosporine, beaucoup de nos greffés auraient de courtes espérance de vie.. ! Nous pourrions également citer les progrès anesthésiques qui , outre le confort apporté aux patients, permettent un geste plus sûr aux chirurgiens.

.

A la physique fine

Mais nous vivons une époque curieuse où la chimie de synthèse en thérapeutique trouve, à la suite de nombreux déboires, ses limites. Toujours avide de nouveaux paradigmes, la recherche (à la botte de notre société productiviste et de l’industrie du médicament), nous entraîne vers des choix  »douteux », car peu évalués.. ! Nous sommes aujourd’hui, il faut le reconnaître, face à l’échec angoissant de la chimie de synthèse face aux maladies graves. Non seulement elle ne guérit pas, mais elle suscite des méfaits iatrogènes, qui interpellent bon nombre de courageuses sommités médicales .Quant à la recherche et aux fabricants, ils restent sourds et froids devant ces allégations. Pour le LEEM (industrie du médicament), l’orientation recherche en  »nanoparticules » ne laisse plus de doute. On l’appelle même nano-médecine . Chimie révolue (ou presque-tant cela coûte cher en dédommagement) on s’oriente vers la physique fine à l’instar des industries agroalimentaires, qui nous concoctent leurs moutardes, mayonnaises, sauces tomates et autres, avec des résultantes toujours plus onctueuses, sauf qu’elles sont saturées en nanoparticules (1).Les connaissances et réalisations en physique quantique vont-elles à leur tour empoisonner nos VIES ???.Que devient la raison dans tout cela ???.

.

Voici venu le règne des nanos

Or, de cette micronisation extrême à mettre dans nos intestins, nous n’en connaissons pas grand chose à vrai dire . Passage de la barrière intestinale ? Passage des barrières cellulaires ensuite ? Et surtout hémato-encéphalique ?. Certes, la ciguë  en nanoparticules ferait sans aucun doute toujours mourir SOCRATE et peut être plus rapidement. Une étude nous interpelle sur ce nouvel engouement industriel, qui pourrait bien se transformer en mauvaise plaisanterie scientifique. En effet, il semblerait bien que les nanoparticules puissent engendrer des effets totalement inversés aux niveaux intracellulaires et notamment sur l’A.D.N . C’est la conclusion de Madame la professeure Diana ANDERSON de l’université de Bradford au Royaume-Uni. Cette étude semble en tout cas, le démontrer à propos du thé vert ; et en thés, les Anglais connaissent toutes les subtilités !. Les théaflavines et théarubigines issues de l’excellent antioxydant voire même anti-cancers  »épigallocatéchine » ,deviennent toxiques en fine micronisation. Pour le naturopathe les thés  utilisés en tisanes, infusions, décoctions…depuis des millénaires, conservent toutes leurs efficacités et SECURITES d’emploi. En effet, nous savons  depuis la  »création », que l’eau (OH2) avec son pouvoir réactif puissant  dissout les molécules actives (alcaloïdes) et les rend assimilables, tant au niveau sanguin que cellulaire par le fait simple, qu’elles sont polarisées.

.

Les valeurs sûres

Attention donc aux nanoparticules en général, la micronisation intense des plantes comme des minéraux pour les rendre plus actifs peut nous réserver des surprises. Ces procédés ne sont pas maîtrisés et peu expérimentés. Dans l’industrie pharmaceutique, j’ai vécu les épopées des encéphalopathies bismuthiques (entre 1973 et 1978) mille cas dénombrés et retrait de tous les sels de bismuth en France. Nous avons eu aussi les encéphaluminopathies touchant surtout les dialysés qui prenaient des hydroxydes d’aluminium pour soustraire le phosphore. Enfin, le néocollargol (un sel d’argent colloïdal excellent pour calmer les brûlures oesophagiennes et gastriques), mais retiré du marché pour cause d’ARGYRISME.

On sait que l’évolutionnisme ne supporte pas la stagnation, il nous faut du nouveau, mais quand les mémoires flanchent les erreurs se reproduisent.

Rappelons-nous Hippocrate : primum non nocéré , d’abord ne pas nuire. Restons donc fidèles à nos infusions, pour leurs efficacités, pour leurs sécurités, et aussi pour notre plaisir .De plus, il est prouvé depuis des lustres que le  »TOTUM » des actifs d’une plante produit des effets synergiques , et potentialise son efficacité.

.

(1)   la nanoparticule est le milliardième de mètre, c’est l’orange face au globe terrestre ; c’est 35000 fois plus petit qu’un cheveu classique.

(2)   Pour des infusions biologiques de thés divers et autres plantes en programmes de soins, rendez-vous sur : www.coffeeandcie.com

(3)   Pour l’étude sus-citée : http://www.nutraingredients.com/research/size-matters-researchers-warn-nano.

.

André Girard.

Naturopathe. Auteur des livres « L’écol’energie » et « Cancer-obésité. Le poids du mensonge ».

Sur tous les sujets traités par A.Girard dans ce blog, possibilité de conférences/débats pour les associations sur demande :

Blog : http://lecolenergie.centerblog.net/

Courriel : andre.girard6903@orange.fr

Pour les huiles essentielles, voir le site de Didier RAMIANDRASOA

.

Des commentaires? Des questions ? Profitez de l’espace réservé à cet effet ci-dessous!

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *