Les entretiens de Naturopathie : Trouver un bon Naturopathe

Print Friendly, PDF & Email

Une communication de Gilles Donguy

Nous avons aborder dans la précédente vidéo les critères d’une consultation efficace et éthique en Naturopathie…Mais comment trouver un bon Naturopathe ? Eléments de réponse dans ce nouvel entretien!

.

.
Gilles Donguy.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Les entretiens de Naturopathie : Trouver un bon Naturopathe, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Incoming search terms:

  • aimant-santé

3 commentaires

  • Bonjour,
    Juste un mot,
    Dans le début, de votre entretien vous invitez à fuir un naturopathe qui impose un régime trop restrictif. Tout à fait d’accord dans le cas d’un thérapeute qui ne travaille qu’avec cette ligne de conduite systématique.

    Mais lorsqu’il s’agit de lutter contre une mycose vaginale en crise aigüe et installée depuis plusieurs mois, il ne me semble pas avoir d’autre moyen de passer par une régulation alimentaire très stricte sans sucre et dieu sait à quel point cette diète est rude pour la personne qui passe d’une alimentation déséquilibrée à cette diète. Avez vous envisagez sa réaction si elle est dans le doute de la nécessité d’en passer par là, si elle vous écoute? J’avoue ma stupeur en vous écoutant.
    Donc ces propos me paraissent inappropriés, incomplets et assassins pour la naturopathie que vous souhaitez défendre.
    Et de grâce, avec toute la bienveillance qui m’habite, Ayez un plan de communication, car ça ne ressemble ni à un échange libre, ni une interview, ni une mini conférence. J’ai tenu à vous écouter jusqu’au bout, pour vous entendre quand même indiquer que l’inscription des thérapeutes au Syndicats des naturopathes, l’Omnes (pour lequel l’inscription impose la RCP obligatoire), et/ou la FENA est un gage sérieux pour poursuivre ses recherches.
    Enfin, pour complèter vos dires, je découvre à qq km de chez moi, Léa nature Laboratoire gamme BIOPUR qui visiblement forme des naturos afin de vendre leur gamme en magasin « nature ». La lecture de leur prospectus des produits est une concentré de communication marketing n’ayant pas la maitrise du sujet mais seulement les grands titres. D’où mon intérêt pour votre intervention …. me laissant un peu sur ma faim…..
    Souhaitant vous avoir apporté quelques pistes pour l’amélioration de vos interventions ;-),

    belle journée
    Véronique

    • DONGUY

      Bonjour Véronique,
      Merci pour ces remarques, auxquelles je vais tâcher de répondre dans leur aspect polémique…
      Tout d’abord ces entretiens ne prétendent pas rentrer dans le cadre de tel ou tel canevas : conférence, interview, etc.
      Ils sont libres et plutôt décontractés, c’est ainsi, ils n’ont pas vocation à être une formation ou une « communication » structurée, bien qu’il y ai toujours un fil conducteur
      Concernant l’alimentation, comprenez que nous sommes dans dans le cadre de ces entretiens dans un registre général…
      Il est évident qu’une réglage alimentaire plus strict peut-être proposé pour certaines pathologies!
      Quand à la problématique des labos que vous évoquez, c’est un autre sujet, sur lequel nous nous pencherons certainement.
      Bien cordialement
      Gilles Donguy

  • Bonjour Gilles et Alain
    Merci pour ces petites présentations très spontanées. Cela me conforte dans l’idée que je me suis toujours faite de mon métier. La Naturopathie a le vent en poupe ce qui n’a pas toujours été le cas et c’est vrai qu’il y a pléthore de formations. Issue de la veine de Robert Masson par l’intermédiaire d’André Girard et de l’enseignement que nous avions créé avec Gilles, je vois bien l’évolution de ce métier qui va de la simple consultation/prescription en passant par les appareils de bioresonnance… et toute sa richesse en approche psycho-énergétique et corporelle. Oui, il faut un enseignement sérieux et reconnu et oui il faut continuer à se former et à trouver même sa spécialisation. Mais oui aussi, il y aurait besoin de groupe d’analyse de la pratique et de supervision individuelle. Ce qui n’est pas proposé dans toutes les écoles. Je me suis orientée vers ces accompagnements sur une meilleure connaissance de la psychologie et de la relation d’aide. La posture thérapeutique est au cœur de nos métiers pour accompagner sur différents plans. Être un bon naturopathe s’est avant tout développer sa capacité d’accueil, d’écoute et de présence. C’est se poser sur une éthique de travail. Souvent une charte est proposée par les écoles et les fédérations et elle devrait être affichée aussi dans les cabinets et sur les sites des naturopathes qui ont en un. Les gens qui viennent nous rencontrer sont souvent perdus et désappointés par une médecine rigide et souvent toxique même si elle a son utilité. Il y a à créer un espace de sécurité pour que ces personnes puissent prendre leur responsabilité et soutenir un changement profond. Avec cette confiance nous pouvons étayer leur choix et leur proposer différentes thérapeutiques. Oui il faut fuir les extrémismes de tout bord. Le bouche à oreille est une façon de trouver un bon naturopathe, les fédérations ont leur annuaire. Mais je connais aussi de très bons Naturo qui œuvre en « électron libre ». Et je ne suis pas pour la reconnaissance de notre métier dit nous serons empêchés de multiples approches énergétiques. Ce serait la mort de notre pluridisciplinarité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *