La Toxémie

Print Friendly

Un article de Gille DONGUY. <Section Naturopathie fondamentale>

additifs2

Avec les changements de saison ou en périodes d’agapes,  fleurissent dans les magazines féminins (et autres !) les conseils pour se « détoxiner », faire des « cures de drainages », bref « nettoyer son organisme », un véritable sujet Marronnier (pas d’Inde celui-là!). Bref, la Détox est à la mode. Mais au fait, se nettoyer de quoi ? Commençons par saisir au mieux un concept fondamental de la naturopathie : la toxémie !

.

Aux sources…

Pas besoin d’être très calé en Grec ou en Latin pour décortiquer ce mot : le suffixe « Emie » renvoie au Sang, et le radical « Tox » à la notion de toxicité bien sûr. On subodore donc en première intention que la toxémie signifie « l’intoxication du Sang »… 

Mais rendons illico à César…Le terme de « Toxémie » a été forgé pars  par le Docteur John H. TILDEN (1851-1940), un des grands inspirateurs de l’ Hygiénisme et de la Naturopathie, qui a beaucoup travaillé sur les Causes des maladies. Il a en fait créé ce terme pour rendre compte de sa théorie de la dualité  « maladie/santé », en témoigne son ouvrage « Toxemia : The basic Cause of the Disease »

toxemia

Toxemia

 

Qu’est-ce donc que la toxémie ? C’est  la présence de substances incompatibles avec la santé, dans le sang, la lymphe, les fluides du corps (bref les liquides organiques), les organes, les tissus et les cellules (bref les tissus). Cela nous renvoie donc à une notion d’imprégnation de l’organisme par des surcharges toxémiques de diverses origines…

Il ne s’agit donc pas seulement du Sang, et c’est d’ailleurs pourquoi certains auteurs ont proposé par la suite des termes alternatifs ou du moins complémentaires : par exemple Robert Masson parle dans ses ouvrages de Toxilymphémie, de son côté Grégoire Jauvais emploie le terme de Tox-Sang-Lymphe (dans les deux cas la Lymphe est prise en compte !). Bref on fait ici référencer aux « Humeurs » regroupant en fait le  Sang, la Lymphe, les liquides extracellulaires (LEC) parfois nommés « lacunaires » et les liquides intracellulaires (LIC).

Voyons ce que Tilden lui-même dit de  la toxémie, dans un opus intitulé « la toxémie expliquée », que vous retrouverez facilement sur Internet à l’aide de votre moteur de recherche favori :

« Selon la Philosophie de la Toxémie, chaque soi-disant maladie est une crise de Toxémie, ce qui signifie que la toxine s’est accumulée dans le sang au-delà du seuil de tolérance, et la crise, la soi-disant « maladie » – appelez-la rhume, grippe, pneumonie, mal de tête, ou fièvre typhoïde – est une élimination salutaire. La nature fait tout son possible pour libérer le corps de ses toxines. Tout traitement qui fait opposition à cet effort d’élimination déroute la nature dans son effort d’auto-guérison.

Les médicaments, l’alimentation, la peur, et l’activité empêchent l’élimination. Un rhume se transforme en catarrhe chronique; la « grippe » peut être forcée vers un état infectieux; la pneumonie peut finir de manière fatale si les sécrétions sont arrêtées par les médicaments; nous savons déjà ce qui se produit en cas de mal de tête; la typhoïde sera forcée vers un état septique et grandement prolongée, si le patient n’en meurt pas. »

.

Le tout terrain ?

Voilà qui introduit trois notions importantes en Naturopathie : la théorie de l’Humorisme évoquée dans un précédent article,  la notion de Terrain, et la notion d’Unicité morbide.

Le terme terrain revient souvent dans le domaine des médecines naturelles et une certaine confusion règne à ce sujet. C’est juste une question de « modélisation » de façon de voir les choses…Par exemple l’Homéopathie définie quatre terrains : la Psore, la Sycose, la Luèse, le Tuberculinisme. Face à l’agression d’un germe par exemple, le sycosique ne vas pas réagir forcément de la même manière que le psorique, car son terrain est différent : la façon dont chacun réagit en fonction de son terrain est appelée « diathèse » : terrain et diathèse forment ici en quelque sorte  un couple indissociable « prédisposition/modalités réactionnelle ».

En Médecine chinoise, le terrain peut être associé  à la tendance à tel ou tel état Energétique de fond: le terrain vide de Yang par exemple évoque les sujets frileux, ayant facilement des maux de dos, etc.

Plus proche de nous, le laboratoire NUTERGIA  (à l’origine du concept de Nutrition Cellulaire Active, NCA) propose sa propre classification des terrains, proche du concept Naturopathique. Sous l’acronyme CHANBIO sont distingués respectivement les terrains : Carencés en acides gras, Hypoglycémiques, Acides déminéralisés, Neurodystonique, Baso colitique, Intoxiqué, Oxydo dénaturé. Ouf !

Qu’en est-il en Naturopathie ? C’est a priori beaucoup plus simple. Le Terrain c’est l’état des humeurs au sens large : liquides organiques et tissus. Nous sommes en plein dans le concept de l’Humorisme, où le Terrain « surchargé »,  traduit un état de  toxémie !

Le Terrain peut-être aussi « carencé », au sens où il y déficit de vitamines, de minéraux et/ou  d’enzymes nécessaires au métabolisme (et à la détoxication !),  de façon souvent  concomitantes à ses surcharges en toxines…

Cela dit, nous tenons compte aussi en Naturopathie du terrain psycho-émotionnel : rappelons en effet que l’être humain est Corps et Esprit ! Ces deux terrains (Psychique et Humoral) sont en étroite interaction…

.

Unicité morbide ?

Comme vous l’avez compris en lisant l’extrait de Tilden plus haut, la toxémie serait la cause fondamentale des  maladies, d’où la notion de « Causalisme » déjà évoquée dans un précédent article et sur laquelle nous reviendrons, mais aussi et surtout la notion d’unicité morbide. Pour le Naturopathe André Passebecq, voir son livre « Initiation à la Sante intégrale » (en collaboration avec Sabrina Heyse) la toxémie est en fait la cause immédiate des maladies, la toxémie elle-même relevant de causes plus lointaines…

 

initiation_sante

Mais est-ce vraiment le cas ?

La toxémie est-elle la cause des maladies? Ça l’est certainement dans bien des cas de figures : nous sommes alors dans le domaine des maladies toxémio-dépendantes ! En effet comme le souligne Robert Masson dans « Folie et sagesse des Médecines naturelles », certaines maladies dépendent tout ou partie de la toxémie : les dermatoses comme l’eczéma ou le psoriasis par exemple traduisent, entre autres,  l’effort de l’organisme pour éliminer des « toxines » via la peau.

folie sagesse

Mais d’autres maladies ne sont pas directement liées à la toxémie, elles sont toxémio-indépendantes : une incontinence d’urine due à des problèmes psychologiques par exemple…où nous retrouvons d’ailleurs dans ce cas le terrain…psycho-émotionnel ! 

L’auteur sus-cité précise ainsi quatre « types » de maladies (nous ne développons pas dans le cadre de cet article) :

  • Les maladies somatiques pures
  • Les maladies psychiques pures
  • Les maladies psycho somatiques
  • Les maladies somato psychiques .

.

Où l’on voit que l’approche psychosomatique qui est souvent mises à toutes les sauces, voir portée en pinacle  dans certains milieux des médecines naturelles est loin d’être l’unique façon de voir les choses !

Cela dit, quel que soit le type de maladie, le terrain humoral en est plus ou moins affecté !

.

Quelles sont les sources de la toxémie ?

Classiquement, et pour faire simple, la Naturopathie définie deux grandes sources de toxémie :

  • La toxémie exogène
  • La toxémie endogène

.

La toxémie exogène nous est à priori plus familière. Nous y retrouverons les toxiques « naturels » tels l’alcool, le tabac, le café, le thé, etc. mais aussi tout simplement une alimentation trop copieuse source de toxémie…endogène !  Certains, de par les substances qu’ils contiennent (caféine, alcool, théobromine..) sont qualifiés de « Poisons Overtoniens », à la fois solubles dans l’eau et dans les graisses, d’où leur toxicité potentielle…surtout si on force la dose !

Des sources infectieuses et toxiniques insidieuses sont aussi à prendre en compte, par exemple les granulomes ou kystes apicaux de dents dévitalisées…que nous pourrions classer dans la toxémie endogène en l’occurrence.

Mais n’oublions pas les toxiques « artificiels » dont les multiples molécules chimiques issues du génie(?) de l’homme, à savoir les colorants, les « E » tout ce que vous voulez, les perturbateurs endocriniens, le mercure des amalgames dentaires et des vaccins, les pesticides, les médicaments, etc. Nous rejoignons ici les concepts modernes de Santé Environnementale, de Risques Sanitaires et Ecotoxicologiques. Toutes ces molécules (100 000 officiellement répertoriées!) se retrouvent peu ou prou dans notre organisme via l’assiette, l’air que l’on respire (désormais on parle aussi de « Pollution de l’air intérieur », l’eau que l’on boit, les contacts avec la peau…

Bien sûr, comme disait Paracelse, « la dose fait le poison », et on se gargarise de valeurs limites en tout genre (DJA par exemple, Dose Journalière Admissible) en dessous de laquelle il n’y aurait pas de danger. Mais c’est sans compter sur l’effet cocktail (présence simultanée de plusieurs toxiques dans l’organisme) sur lequel peu d’études ont été réalisées à ce jour…

Pour être complet, il faut citer les pollutions électromagnétiques (sujet polémique !), les nanoparticules, etc.

La toxémie endogène résulte tout simplement de l’activité normale du métabolisme : la digestion, la respiration, les multiples voies métaboliques de notre organisme produisent naturellement des « déchets » : acide urique, radicaux libres, Métabolites Intermédiaires Toxiques (MIT)….mais aussi cadavres cellulaires, molécules issues des fermentations et putréfaction dans le colon, etc. Bien sûr, nous sommes équipés pour lutter contre cette intoxination physiologique (qui l’est jusqu’à un certain point), et justement….

.

Comment l’organisme lutte-il contre la toxémie ?

Face à cette offensive toxique endogène et exogène permanente, notre organisme dispose de mécanismes de détoxications et d’élimination. Le roi de la détoxication en l’occurrence, est notre ami le FOIE qui pratique l’art de rendre « inoffensives » les molécules dangereuses (dans une certaine mesure naturellement…). Les Reins, le Colon, les Poumons et la Peau  (les bien-nommés « émonctoires ») jouent aussi leur rôle notamment dans l’élimination vers l’extérieur des toxines, en collaboration avec le Foie et la Vésicule Biliaire.

Mais vous l’aurez compris, tout est alors une question d’équilibre :

  • Si l’afflux de toxines dépasse les capacités de détoxication de l’organisme, le terrain devient effectivement « intoxiqué » : Toxémie, Toxilymphémie.
  • Toute cette belle mécanique est d’autre part dépendante de la Vitalité de notre organisme, c’est le concept de VITALISME déjà évoqué, et sur lequel nous reviendrons…

.

Comment se manifeste la toxémie ?

Du simple mal de tête aux maladies les plus graves, la toxémie se manifeste de multiples façons, à travers des symptômes tels la langue chargée, des douleurs articulaires, des selles nauséabondes, etc. Mais au-delà d’un catalogue infini de ces maladies, la Naturopathie orthodoxe propose un modèle de classification des troubles de santé, je dis bien un modèle, en deux volets :

  • Les maladies à « Colles »
  • Les maladies à « Cristaux »

.

Les maladies à colles évoquent les troubles accompagnées de mucus, de glaires, d’expectorations, de kystes, etc. Par exemple la sinusite chronique, l’eczéma suintant…

Les maladies à cristaux, comme leur nom l’indique, renvoient aux dépôts cristalloïdes comme dans la Goutte par exemple, et sont souvent douloureuses.

Nous ne détaillons pas dans le cadre de cet article, mais reviendrons sur le sujet.

Si le modèle Colles/Cristaux renvoie à la nature des maladies et des toxiques-toxines qui les alimentent (ce que nous verrons dans un autre article), il faut aussi tenir compte des modalités d’expression de ces maladies, directement liées à la qualité de notre Energie vitale (Cf. le VITALISME déjà évoqué) :

  • Si la vitalité de l’organisme est élevée (constitution solide, jeunesse…), l’intelligence vitale va gérer l’excès de toxines par des manifestations aigus (avec fortes fièvres le cas échéant), et centrifuges : certaines dermatoses, diarrhées, etc. Nous avons la donc un cortège de maladies « soupapes », « salvatrices », qu’il ne faut surtout pas « bloquer » ou « réprimer » !
  • Si la vitalité de l’organisme est moindre (constitution fragile, vieillesse…), l’intelligence vitale va « composer » avec les toxines et plutôt les stocker pour un moindre mal : nous sommes alors dans le cadre des maladies chroniques (avec fièvres légères le cas échéant) et centripètes : arthrose, kystes, athérosclérose, etc.

.

Nous retrouvons d’ailleurs en Médecine Chinoise le concept de lutte entre le « Qi correct » et le « Qi pervers »…Dans notre culture occidentale, l’approche de l’HOMOTOXICOLOGIE reflète la même logique, avec un tableau d’évolution des maladies caractérisé par 3 grandes phases ayant chacune deux sous-phases: phases humorales, phases matricielles et phases cellulaires.

Citons également Feu le Dr Jean Seignalet (l’Alimentation ou la 3° médecine), qui distingue les maladies d’élimination, les maladies d’encrassage et les maladies auto-immunes…

Nous retrouvons donc là, au carrefour de la notion de terrain, une certaine universalité du concept des modalités de la lutte entre la  vitalité de l’organisme et les facteurs pathogènes de tous poils… Résumons par un petit schéma sans prétention, mais qui aidera à fixer les idées : 

toxemieToxémie : causes, nature et manifestations.

.

Vous vous intoxiniez ? Et bien Drainer maintenant !

La toxémie, l’humorisme, le terrain….ces notions indissociables nous amènent à nous poser la question : comment réduire la toxémie, améliorer le terrain ?

A titre personnel, vous pourriez déjà répertorier les troubles dont vous avez souffert ou souffrez actuellement : surcharge pondérale, extrémités froides, maux de tête, insomnies, douleurs articulaires…

En Naturopathie ces symptômes sont pour la plupart la partie émergée de l’Iceberg Toxémie, lequel pourra fondre selon trois approches complémentaires :

  • L’assèchement des sources toxiniques.
  • La détoxication et le drainage.
  • L’apaisement du mental.

.

A suivre !

Gilles Donguy

 

La toxémie est-elle une réalité concrète selon vous?

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 8.8/10 (12 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +5 (from 5 votes)
La Toxémie, 8.8 out of 10 based on 12 ratings

Incoming search terms:

  • toxemie endogène
  • Toxemie
  • toxemie exemple
  • qu\est ce que la toxémie
  • rhume lie au granulome apical
  • notion de taxonomie dans la naturopathie
  • la toxmie
  • crise de toxémie
  • quest ce que la toxémie
  • comment réduire la toxémie

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *