La Nutrition en Naturopathie : Introduction

Print Friendly, PDF & Email

Un article de Gilles DONGUY

systemes_diet

A boire…et à manger !

Pas une semaine, voire pas un jour sans qu’un quidam, médecin, journaliste, nutritionniste ou que sais-je encore, ne nous révèle la vérité diététique dans son livre fraîchement édité, et je ne parle pas des multiples recommandations contradictoires qui fleurissent dans les magazines…

Il n’y a qu’à aller au rayon santé d’une grand librairie (ou d’un site marchand !) pour se rendre compte de la pléthore en ce domaine. Tout y passe : régime paléo, régime IG, maigrir selon ceci ou cela, régime 5/2, régime hormones… de quoi avoir une véritable indigestion neuronale !

Ou devenir orthoréxique…

. 

La foire d’empoigne : à fourchette tirée !

Comme je le disais déjà en 2010 dans mon livre « Acouphènes, un vécu, des solutions », dans ce domaine de l’art de se nourrir, il y a certes les modèles traditionnels, mais aussi les pionniers modernes qui ont consacré leur vie à tel ou tel système alimentaire,  et qui connaissent leur sujet sur le bout des…fourchettes !

Parmi ces hommes ou ces femmes de conviction, figurent des hygiénistes, des naturopathes, des médecins, des macrobiotes, des autodidactes, des praticiens de médecine chinoise et tant d’autres. Sur le versant plus « officiel », les diététiciens modernes et les médecins nutritionnistes ont aussi leur mot à dire, c’est d’ailleurs eux qui tiennent le haut du pavé sur le sujet en occident.

Mais dans ce monde de la diététique où l’on entend tout et son contraire, les contradictions, à l’intérieur de tel ou tel système – ou entre systèmes – sautent aux yeux et aux oreilles, comme les puces sautent infailliblement sur le chien !

Qui a raison ? A quel saint (et quel pain !) se vouer ? En effet, comment s’y retrouver dans ce dédale d’opinions et d’ « écoles » sur les régimes, la diététique, la nutrition ?

Quelques exemples fondamentaux. Alors que les Hygiénistes prônent l’alimentation crudivore spécifique basée sur les fruits, les légumes et les noix diverses, (les céréales sont pour les oiseaux, la viande pour les carnivores, etc.), les tenants de la Macrobiotique (qu’il ne faut surtout pas confondre avec la Diététique Chinoise) ne jurent que par les céréales, afin de « Yanguiser » l’organisme, préconisent un peu de poisson, et réduisent les fruits à la portion congrue…

Parmi nos nutritionnistes modernes, généralement titulaires d’un DIU (Diplôme Inter Universitaire) de diététique, ou chercheurs dans un thématique de ce domaine, certains misent tout sur l’équilibre acido-basique, d’autres sur les index glycémiques, et d’autres encore sur la Chrononutrition®….ou un savant mélange de tout ça !

Au sein même des chapelles naturopathiques, certains sont pour l’alimentation dissociée, d’autres au contraire pour l’alimentation « associée ». L’hygiénisme (1) n’échappe pas à la règle : face à l’hygiénisme radical et originel représenté par Feu Albert Mosséri, un hygiénisme modéré est  prôné par Désiré Mérien.

Certains disent qu’il faut boire un grand verre d’eau le matin à jeun, d’autres assurent qu’il faut absolument commencer par du solide, genre féculent, pour éponger les sucs pancréatiques de la nuit, nocifs pour la muqueuse intestinale (2).

Ecoutons l’expert de tel système alimentaire : il est franchement convaincant, ses arguments sont affûtés, et ses critiques sur les obédiences diététiques adverses richement « nourries ». Prêtons l’oreille maintenant au partisan d’un autre point de vue diététique : lui aussi est très convaincant, et il ne manque pas de répliques incisives et dûment  argumentées face aux railleries du précédent !

Pour peu que vous soyez un tantinet influençable, c’est le dernier qui a parlé qui emportera votre adhésion!…

Reste le PNNS, (Plan National Nutrition Santé), vous savez, manger bougez…Sauf qu’il est loin de faire l’unanimité, bien que constituant de plus en plus une bonne base, j’en ai déjà parlé dans un autre article…

Mais au fait de quoi parle-t-on ? Ben oui, quid de la Diététique ? De la nutrition ? De l’alimentation ? De la micronutrition ?

Clarifions les choses, à l’aide d’un concept phare de la Naturopathie : à savoir la Bromatologie.

.

Bromatologie

Rassurez-vous, rien à voir avec le bromure !

Commençons par un peu d’étymologie en lien avec des vocables plus familiers en la matière. Le terme « Diététique » a deux racines : « diaeta » en Latin signifie « régime, diète », et en Grec « diaita » signifie « art de vivre ». Ainsi, étymologiquement parlant, la « Diététique », qualifie un ensemble de prescriptions d’hygiène de vie, incluant l’art de s’alimenter…

L’usage a voulu que la diététique se réfère de nos jours à l’alimentation, en témoigne la définition donnée par le Dictionnaire illustré des termes de médecine : « Etude de l’hygiène et de la thérapeutique alimentaire ». Le terme « nutrition » quant à lui définit « l’étude des aliments, de leurs propriétés et de leur utilisation dans l’organisme ».

Cette escapade étymologique nous rappelle cependant que l’art de s’alimenter ne saurait s’exercer avec succès hors du cadre d’une hygiène de vie globale. Robert Masson, que l’on ne présente plus, a ainsi parfaitement défini les composantes essentielles d’une hygiène de vie bien comprise, dans ce qu’il nomme le « Carré de la Santé » :

  • Une alimentation équilibrée, naturelle, mesurée, individualisée et digeste.
  • Des exercices physiques réguliers de préférence dans la nature.
  • Un sommeil de qualité.
  • La sérénité.

Quid de la bromatologie ? En fait la bromatologie est une des techniques phares de la Naturopathie en rapport avec l’alimentation (du grec broma, alimentation, et logos, discours). Elle se décline en deux aspects complémentaires :

  • La Diététique, au sens de restriction alimentaire : nous sommes là dans le domaine   des diètes, monodiètes, voire des jeûnes.
  • La Nutrition, au sens bien sûr de se « Nutrir », se nourrir.

C’est sur cette dernière thématique que je vous invite à suivre la série d’articles consacrés à l’alimentation.

.

Le labyrinthe de la Diététique

A mon sens, on peut classer sommairement les systèmes diététiques en deux grandes catégories, la frontière entre les deux n’étant pas toujours très nette :

  • Les systèmes exclusifs, qui procèdent par focalisation sur un type d’aliment et/ou par suppression de telle ou telle catégorie d’aliment
  • Les systèmes globaux, qui revendiquent une alimentation équilibrée et variée mais selon un mode propre à chacun.

Le tableau ci- dessous donne quelques exemples (la liste n’est bien sûr pas exhaustive, je vous laisse le soin de la compléter à loisirs, bon courage!) :

tableua_diet

Comment s’y retrouver dans cette pléthore d’opinions et d’ « écoles » sur les régimes, la diététique, la nutrition? L’exploration – il n’y a pas d’autres mots! – avec lampe frontale du rayon diététique et santé naturelle d’une grande librairie a de quoi laisser rêveur, si ce n’est désorienté!

Ayant étudié les concepts de la Diététique Chinoise d’une part (Je l’enseigne désormais au sein de IEQG), et de l’Eutynotrophie® de Robert Masson d’autre part,  je n’ai pas pour autant négligé les autres approches, tant officielles qu’alternatives : je suis allé les visiter (on n’est jamais si bien servi que par soi-même),  j’ai échangé par téléphone, emails ou visites, avec les représentants de certaines de ces obédiences. Et il faut bien reconnaitre qu’au sein même de la  Naturopathie, la nutrition est une pierre d’achoppement qui divise plus ou moins ces diverses obédiences selon les principes mis en avant…

Et j’ai même testé parfois! Le Bouddha lui-même ne disait-il pas : « ne croyez rien de ce que je vous dis que vous n’ayez expérimenté vous-même ! » ? Mais vous m’accorderez qu’il n’est franchement pas évident – si ce n’est illusoire- de tout « tester » dans le domaine de la diététique…

Ma première lecture édifiante sur le sujet fut «L’alimentation dissociée d’après Hay». Très intéressant, mais j’en suis revenu…

D’un autre côté, le livre de Joël de Rosnay, « La Malbouffe », m’a, très tôt, sensibilisé aux enjeux fondamentaux de notre alimentation…

malbouffe

Je dois dire que j’envie parfois les adeptes convaincus de tel ou tel système alimentaire, ils ne se posent pas ou peu de questions, tout est tellement simple et évident pour eux ! C’est un peu comme l’individu qui connaît très tôt sa vocation professionnelle ou artistique, et qui est à fond dedans, sans hésitation…

Quelle légitimité?

Naturellement, je ne prétends pas apporter la lumière ultime sur cet épineux sujet de l’alimentation mais…M’intéressant depuis belle lurette à tout ce qui touche à l’alimentation et la santé, via mes études tant conventionnelles qu’alternatives, ainsi que mes propres observations, j’aborde donc ce sujet avec un certain recul.

J’ai même fait l’ « effort » (mais ce fut un plaisir!) de passer un D.U en Nutrition (DU ASM de l’Université de Bourgogne, Dijon, dirigé par le Dr Olivier Coudron), afin de m’appuyer non seulement sur la tradition, mais aussi sur les connaissances plus pointues en matière de nutrition, issues essentiellement de la recherche via des publications scientifiques

.

De quoi allons-nous parler?

Le sujet est vaste, et propice à de multiples interrogations…voici une liste non exhaustive des thèmes abordés prochainement :

  • Qu’est censé manger l’être humain ?
  • Le cru, le cuit ?
  • Les sujets qui fâchent : produits laitiers, viandes, gluten….
  • Les grands principes d’une alimentation saine.
  • Index glycémiques, équilibre acidobasique, antioxydants…
  • Que boire ?
  • Et les fruits ?
  • Le bio ?
  • La composition d’un repas ?
  • Et celui (ou celle !) qui mange ?

Autant de thématiques, qui soulèveront j’en suis sûr de nombreuses questions, avis, objections, témoignages…de votre part !

Le prochain article sera donc consacré à l’épineuse question : qu’est censé manger l’être humain ?

D’ici là, prenez soin de votre assiette…et de votre santé !

[1] Fondé par Herbert M. Shelton, l’Hygiénisme est une approche non conventionnelle qui prône l’auto guérison par l’alimentation spécifique et le jeûne. A ne pas confondre avec l’Hygiénisme au sens de mise en œuvre de précautions pour améliorer la santé publique.

[2] Voir le livre du Dr Pourtalet « Le corps a ses raisons que la médecine ignore ». Je ne peux omettre de vous citer la réponse humoristique que me fit Robert Masson lorsque je lui demandais son avis à ce sujet : « Faut-il se lever du pied gauche ou du pied droit ? ». 

.

Gilles DONGUY.

Naturopathie et Nutrition. Energétique Chinoise et Qi Gong.

Chargé de cour de Diététique et Diétothérapie Chinoise à l’IEQG

.

Des commentaires? Des questions ? Profitez de l’espace réservé à cet effet ci-dessous!

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
La Nutrition en Naturopathie : Introduction, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Incoming search terms:

  • naturopathie alimentation
  • aimants utilisation pour la santé
  • naturopathie et nutrition
  • Nutrition Naturopathie
  • nutrition naturopate
  • robert masson conseil alimentaire
  • regime naturopathie
  • avis olivier perez naturopathe
  • neurinome et magnétisme
  • plan alimentaire naturopathe

7 commentaires

  • Grand merci Gilles pour cette excellente entrée en matière et les différents  »distinguos » que tu nous proposes !
    Remettre un peu d’ordre dans l’encyclopédie nutritionnelle ne peut que  »recadrer » certaines déviances alimentaires..Dès lors, nous attendons donc ,avec gourmandise, tes dix mises au point éclairées par la lumière de ton brillant esprit..! ainsi tu empêcheras les maigres de devenir gros, et tu viendras en aide aux 30% d’obèses démoralisés par leurs problèmes de diabète, de maladies cardio-vasculaires voire aussi de leurs souffrances articulaires par surcharges.Laisses-nous tout de même un peu de la nourriture des oiseaux (même si nous n’avons pas de gésier), un peu de celle des carnivores (même si nous élaborons moins de pepsine que les grands fauves), et n’oublies pas que pour favoriser le péristaltisme bucco-oesophagien, rien n’égale un bon bordeaux, tel tu le proposes à tes amis..! mais pas de quoi oublier que le soleil est jaune.

  • perrier michel

    bonjour
    je viens de parcourir votre site et le trouve au premier abord tres interessant
    je viens de vous commander un logiciel
    pour ma part apres une formation de naturopathe pour mon plaisirs
    je pense qu’un systeme une alimentation adequate doit pouvoir se lire sur l’individu
    qualité de sa peau ,articulation,cheveux de couleur d’origine meme avec un age avancé ,souplesse ect…
    pour m

  • Gilles DONGUY

    Merci André, j’ai bien noté pour le Bordeaux!

  • Mon cher Gilles

    Permets-moi d’introduire la Cuisine aromatisée à l’huile essentielle qui peut être classée dans tout système « inclusif » et qui est de plus en plus prisée.
    La qualité « alimentaire » de l’huile essentielle sera alors recommandée et son dosage dans une base appropriée bien déterminé comme dans toute recette gastronomique bien reconnue
    Ce thème est abordé sous forme d’ateliers « cuisine aromatique » pour ceux et celles qui ont soif d’exotisme et faim de spiritualité puisque le côté diététique et le domaine thérapeutique ne sont pas du tout négligés
    Essentiellement vôtre !

  • Gilles DONGUY

    Merci Didier, pour cet éclairage essentiel! Je ne manquerai pas de te solliciter si tu le souhaite pour développer cette approche dans le cadre de la série d’articles consacrée au sujet.

  • Sylvain

    Article très intérèssant, j’ai vue que vous aviez également publié celui qui répond à cette question « Qu’est censé manger l’être humain ? », hate de lire les prochains, bonne continuation

  • LACROZE

    Merci pour ce très bon article ponctué de notes d’humour, vous relatez un point que je constate au cabinet, les patients sont perdus, ils ne savent plus ce qui est bon ou pas, et si nous écoutions notre corps tout simplement….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *