Des colles et des cristaux : 1° partie

Print Friendly

Un article de Gille DONGUY. <Section Naturopathie fondamentale>

marchesseau

La toxémie, nous l’avons vu dans un précédent article, se manifeste de diverses façons. Du point de vue de la Naturopathie orthodoxe, elle peut se traduire in fine par des maladies dites à  « colles » et/ou des maladies dites à « cristaux ». Mais qu’en est-il au vu des connaissances actuelles de la biochimie humaine ? Ce modèle correspond-t-il à une réalité physio-biochimique et/ou à des observations modernes? Tentons d’y voir un peu plus clair…

.

La Théorie

Rappelons : du simple mal de tête aux maladies les plus graves, la toxémie se manifeste de multiples façons, à travers des symptômes tels la langue chargée, des douleurs articulaires, des selles nauséabondes, etc. témoignant souvent de l’effort de l’organisme pour l’éliminer… tant que la vitalité est suffisante. Mais au-delà d’un catalogue infini de ces maladies, la Naturopathie orthodoxe propose comme déjà évoqué, un modèle de classification des troubles de santé, je dis bien un modèle, en deux volets :

  • Les maladies à « Colles »
  • Les maladies à « Cristaux »

.

Les maladies à colles évoquent les troubles accompagnées de mucus, de glaires, de mucosités, d’expectorations, de kystes, etc. Par exemple la sinusite chronique, l’eczéma suintant…

Les maladies à cristaux, comme leur nom l’indique, renvoient aux dépôts cristalloïdes comme dans la Goutte par exemple, et sont souvent douloureuses.

Ce modèle, entériné par PV MARCHESSEAU, est repris entre autres par Christopher VASEY dans ses ouvrages, et en particulier  dans « Détoxication optimale » :

detox_opti

Commençons avec les colles…

.

Incollable sur les colles…et chinoiseries associées !

Lorsque l’on s’intéresse aux « colles » selon la théorie Naturopathique, il faut distinguer :

  • Leur nature
  • Leurs caractéristiques
  • Leurs étiologies
  • Leurs modalités d’élimination

Concernant leur nature, les maladies à colles on l’a vu, renvoient à toutes sortes de troubles se traduisant par la présence, extériorisée  ou non de substances…plus ou moins « collantes » et stagnantes, liste non exhaustive :

  • Troubles pulmonaires avec glaires, toux grasses
  • Sinusites
  • Eczéma suintant
  • Kystes en tout genre : rénaux, ovariens, etc.
  • Tumeurs
  • Athéromes

Ce concept n’est d’ailleurs pas l’apanage exclusif de la Naturopathe : l’Energétique Chinoise par exemple, distingue parmi les facteurs pathogènes le TAN : humidité (glaires, mucosités) pathogènes due à un excès d’aliments dits humidifiant et/ou à une vide d’Energie de l’organe Rate/pancréas, qui est justement en charge de la gestion de l’humidité…Voilà qui semble donc assez universel!

Quelles sont les caractéristiques des maladies à colles ? Au-delà de leur description, les maladies à colles ont comme principal point remarquable le fait d’être dans l’ensemble « indolore » : elles sont « gênantes, encombrantes » (glaires et pas paix !) mais ne sont « pas ou peu algiques », sauf en phase aigu, comme dans la sinusite par exemple. Elles sont par ailleurs pour la plupart « coulantes », aspect qui semble évident lorsque l’on évoque les glaires et autres  mucosités !

Mais à quoi sont dues ces colles ? Selon cette théorie, la principale étiologie est à rechercher dans l’alimentation : céréales, légumineuses, laitages, oléagineux et farineux pris en excès sont susceptibles de donner des colles.

.

Est-ce que ça colle ?

Dans les années 80, un auteur Américain, Robert S. FORD prônait l’éviction des céréales, sources de déchets gras collants, athérogènes et encrassant, pour retrouver la souplesse articulaire et des artères saines : il préconisait l’alimentation la plus fraiche possible.

aliments_guerissent

Dans un même ordre d’idée, un excès de féculents entraine, du point de vue Naturopathique,  une Hémogliase (épaississement du Sang).

Allons-nous trouver, dans nos concepts modernes, une justification à ce modèle collant ? Et bien il semblerait que oui. Voyons un exemple concret.

Nous connaissons désormais bien l’impact négatif des céréales, féculents et autres sources de glucides à charge glycémique élevée, et plus globalement d’un repas à charge glycémique excessive.

D’un point de vue biochimique, l’excès répété d’une glycémie un peu élevée associé se traduit par la formation des Produits Terminaux de la Glycation (PTG, ou AGE en anglais), équivalent à la réaction de Maillard qui se produit au sein d’un aliment trop cuit. Ces PTG sont, sans rentrer dans le détail du processus, particulièrement redoutables pour les artères, cause d’inflammations, etc. (c’est là l’origine des complications liées au Diabète…). Ce type de maladie (athérosclérose) est d’ailleurs classé par Seignalet dans les pathologies d’encrassage, au même titre que l’obésité, l’hypercholestérolémie, les lithiases biliaires, etc..

.

Vous avez dit analogique ?

Eh bien oui, le modèle des colles et des cristaux est certes un modèle analogique : les maladies et leurs symptômes sont classés dans un référentiel qui est analogue ici à la notion de colles et de cristaux. Bien que ce modèle ne prétende pas décrire la réalité physiologique et biochimique fine, il n’en demeure pas moins :

  • Qu’il aboutit d’une part à la mise en œuvre  de pratiques de soins (drainages par exemple) cohérentes et efficaces de la Naturopathie.
  • Que d’autre part ce modèle trouve souvent un écho édifiant dans les approches réductionnistes de la science, comme on vient de le voir. Rappelons cette phrase clef de Jan POLAK, exprimée dans une précédente interview : « En effet toutes les médecines Traditionnelles utilisent un raisonnement Analogique, c’est-à-dire purement mnémotechnique, pour à partir d’un symptôme bien concret arriver à un traitement bien concret, au moyen d’un raisonnement qui lui ne l’est pas, mais qui cependant est parfaitement reproductible par des thérapeutes compétents différents (ce qui est le critère d’une méthode scientifique) »

.

Tout est dit ! Nous verrons prochainement ce qu’il en est pour les cristaux….

.

A suivre !

Gilles Donguy

 

Réaction, questions, témoignages, précisions? Profitez de l’espace qui vous est réservé ci-dessous!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Des colles et des cristaux : 1° partie, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Incoming search terms:

  • colles et cristaux naturopathie
  • cristaux en naturopathie
  • colles et cristaux
  • colles et cristaux en naturopathie
  • naturopathie colles et cristaux
  • les colles en naturopathie
  • colle et naturopathie
  • aliments colles cristaux
  • origine alimentaire des colles et des cristaux
  • naturopate cristeaux colle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *