Comment nos cellules produisent leur Energie

Print Friendly

Un article de Jean-Marie Magnien. <Section naturopathie fondamentale>

mg_intro

 

 

 

Nous vivons grâce à l’oxygène de l’air (21 %). Nous mourrons à cause de l’oxygène. Cette mort est due à l’oxydation de nos cellules. Les biologistes appellent cette oxydation : « le stress oxydatif cellulaire ». Cette définition peut nous surprendre. Pour nous, le stress est un état émotionnel négatif. Il est accompagné de divers troubles : d’angoisses, d’inquiétude, d’irritabilité, etc..

 

La production de l’énergie cellulaire

Pour vivre, nous devons produire de l’énergie en permanence, à l’image des centrales électriques. Les centrales vieillissent d’autant plus rapidement, qu’elles tournent beaucoup. Pour nous, c’est la même chose. Se souvenir du vieil adage : « qui va lentement, va sûrement, qui va sûrement, va longtemps ». Une mouche « dormeuse » vit plus longtemps qu’une mouche qui s’agite.

 

La mitochondrie, notre centrale électrique

La mitochondrie est un petit bâtonnet creux à double paroi. Elle a été observée, il y a longtemps, en 1857, dans les cellules musculaires. Sa longueur va de 1 micron à 10 microns (le micron est égal à 1/1000ème de millimètre). A titre de comparaison, le diamètre du globule rouge fait 6 microns. Il ne contient pas de mitochondries, il ne fait que transporter l’oxygène.

La mitochondrie serait apparue, il y a un à deux milliards d’années. Elle pourrait être une ancienne bactérie, qui s’est mise au service des cellules vivantes. A ce titre, elle ne possède pas de noyau cellulaire, mais dispose d’ADN (Acide Désoxyribo Nucléique, molécule qui commande l’activité cellulaire). La mitochondrie est équipée d’ARN (Acide Ribonucléique, qui exécute les ordres de l’ADN). La présence d’ADN et d’ARN donne à la mitochondrie une grande autonomie de fonctionnement.

mitochondrie

Le nombre de mitochondries dans les cellules, dépend du type de cellule. Nous avons environ 1.000 milliards de cellules. Les cellules les plus riches, contiennent de 1000 à 2000 mitochondries, les plus pauvres, de 100 à 200. Cette inégalité tient compte des besoins énergétiques de la cellule. Les cellules des fibres musculaires rouges (dites striées), sont riches en mitochondries, par opposition aux cellules des fibres musculaires blanches (dites lisses). Les fibres rouges sont les constituants des muscles du squelette et du cœur. Les fibres blanches, entrent dans la composition des parois de l’estomac, de l’intestin grêle, du côlon, de l’utérus et des artères.

Les mitochondries des muscles rouges, utilisent l’oxygène pour transformer le glucose en une molécule énergétique, l’ATP (l’Adénosine Tri Phosphate). Une seule molécule de glucose produit 36 molécules d’ATP. Une molécule d’huile de palme, fabrique 131 molécules d’ATP (je rappelle au passage que seul l’abus d’huile de palme trop riche en graisses saturées, pose problème). Sans ATP, les muscles, les neurones ne fonctionnent pas. Les huiles équilibrées en oméga-3 et en oméga-6, sont des sources énergétiques très importantes. Elles sont parfaitement acceptées par notre organisme. Elles ne font pas grossir. Un adulte forme et décompose environ 40 kg d’ATP par jour (quarante kg par jour).

A noter que les mitochondries des fibres musculaires blanches, n’utilisent jamais l’oxygène, pour transformer le glucose en ATP. En biochimie, ce processus sans oxygène est qualifié de « voie anaérobie », par opposition à la « voie aérobie » de l’oxygène.

Le nombre de mitochondries des fibres rouges, dépend de l’activité physique. Plus une personne est sédentaire, plus le nombre de mitochondries diminue dans les cellules musculaires du squelette et du cœur. A titre de comparaison : moins on consomme d’électricité, plus EDF réduit la production de ses centrales. La réduction des mitochondries devient rapidement intense, de l’ordre de 90 %. Cela devient dramatique chez les personnes âgées. C’est la réduction des mitochondries qui provoque la chute de la personne âgée. Après une chute, la personne n’ose plus se déplacer, son cœur se fragilise, les risques de chute deviennent importants. Nous sommes coincés entre deux extrêmes : ne rien faire et trop faire. Il faut trouver le juste milieu.

Le conte hindou suivant nous explique bien le problème : un jour, un homme recherchait la clef du bonheur pour son âme. Il s’installa au bord d’un fleuve et décida de ne plus manger pour trouver le bonheur. Sept ans plus tard, il n’avait pas encore trouvé le bonheur. Il désespérait, quand il vit une barque qui descendait le fleuve. A son bord, un élève et son Maître de musique. Le Maître disait à son élève : si tu tends trop la corde, elle casse, si tu ne la tends pas assez, il n’y a pas de son. Le vieux sage qui méditait sur la recherche du bonheur, se leva et partit. Il avait compris qu’il fallait atteindre le juste milieu. Ce conte, concerne toute la biologie cellulaire qui est toujours en équilibre entre deux extrêmes.

.

Le rendement énergétique de la mitochondrie

Malgré la qualité des réactions biochimiques, le rendement nous apparaît faible.

En effet, si on part de l’idée que nous mangeons 2000 calories par jour (ce qui est trop à mes yeux), 55 % se transforment en chaleur et 45 % sont destinés à l’énergie cellulaire sous forme d’ATP. Mais en utilisant ces 45 % restants, les cellules vont produire 20 % de chaleur, les 25 % disponibles sont utilisées pour le travail cellulaire externe et interne, pour le transport de molécules et de métaux (cholestérol, fer, cuivre, magnésium, lipides, protéines, etc.), et pour la contraction musculaire, tissu cardiaque inclus.

Conclusion, sur 2000 calories, on utilise efficacement 25 %, soit 500 calories. Cela implique immédiatement une remarque : le rendement peut être considérablement abaissé par des déficits en vitamines, en minéraux et en huile équilibrée en oméga-3/6. En l’absence de compléments alimentaires, vous devrez manger davantage et vous stockerez des graisses avec un risque de surpoids.

.

Les aliments de la mitochondrie

Ils varient en fonction des organes.

Pour le cœur, les acides gras polyinsaturés, équilibrés en oméga-3/6, sont indispensables. L’excès d’oméga-6 et la carence en oméga-3 sont néfastes au muscle cardiaque. On peut dire que le cœur tourne davantage au « fuel » (avec les oméga-3 et 6) qu’au « super » (le glucose). Ce constat a été bien établi vers 1970, par le Professeur Jorn Dyerberg, élucidant le bon état cardiovasculaire des Inuits du Groenland (les Esquimaux). Pourtant, ils consommaient énormément de graisses de phoques et de poissons de la banquise. L’effet protecteur, sur le cœur, était dû à la présence de graisses oméga-3. Le Dr Michel de Lorgeril a démontré l’importance de l’apport en oméga-3, dans le cadre d’une étude clinique sur les accidents cardiovasculaires. Cette étude constate une réduction de 70 % des accidents cardiovasculaires, dont certains conduisaient à la mort. Cette étude, mondialement connue, porte le nom « d’Etude de Lyon », publiée en 1999, après la publication intermédiaire de 1994.

Le foie ne se comporte pas comme le cœur. Il fonctionne comme les muscles du squelette qui ont besoin des deux carburants : les oméga-3 et 6 et le glucose.

Les mitochondries du cœur consomment 50 fois plus d’oxygène que celles du foie. On peut entraîner physiquement le cœur, ce qui est impossible pour le foie. Le foie a une autre solution : il se renouvelle tous les ans, ce qui est impossible pour le cœur. Dommage…

Les carences en vitamines, en minéraux et en huile équilibrée oméga-3/6, seront un frein à la production énergétique. Ce frein va augmenter la production de molécules oxydantes. A leur tour, les molécules oxydantes vont freiner la production d’ATP par les mitochondries cardiaques et musculaires.

En fin de production d’ATP, l’oxygène qui a servi de support énergétique, sera transformé à 98 % en eau (H2O) et 2 % en un déchet. Ce déchet, le superoxyde d’oxygène (O2) est potentiellement dangereux, car il ouvre la voie à la fabrication de molécules oxydantes.

Bien se souvenir que l’exercice physique, adapté, est indispensable au cœur pour multiplier ses mitochondries. En cas d’infarctus, il sera capable de surmonter l’accident, mieux qu’un cœur paresseux.

.

La mitochondrie est d’origine maternelle

En écrivant cette phrase, une pensée a traversé mon esprit : on doit tout à la femme ! Seule la mère transmet son capital génétique mitochondrial. Pourquoi le père est-il absent ? C’est simple. Les spermatozoïdes possèdent bien des mitochondries, loin de la tête et proche du flagelle. L’énergie mitochondriale va propulser le spermatozoïde vers l’ovule de la mère. C’est le plus rapide qui parvient à son but. Au moment où il pénètre dans l’ovule, la tête la première, il abandonne à l’extérieur, ses mitochondries et son flagelle. Seul pénètre dans l’ovule, le capital génétique ADN du spermatozoïde.

Dans le cadre d’une recherche de filiation ou de déplacement de populations anciennes, on analyse l’ADN, voire l’ARN mitochondrial d’origine maternelle. Cela a permis de suivre les flux migratoires de l’homme depuis l’apparition d’Homo Sapiens, il y a environ 400.000 à  200 000 ans av. J.-C..

Texte extrait du livre « Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet » Edition Thierry Souccard, avec l’autorisation de l’auteur Jean-Marie Magnien – Ancien Biologiste des Hôpitaux, Chef de Service, Pharmacien, Nutritionniste, Nutrithérapeute, Enseignant Universitaire en Médecine Nutritionnelle.

 

.

RAPPEL :

Tout cet ensemble fonctionne comme un moteur

mg_auto

Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet

 

 

Jean-Marie MAGNIEN

Ancien Biologiste des Hôpitaux – Chef de Service

Pharmacien – Nutritionniste – Nutrithérapeute.

Enseignant Universitaire en Médecine Nutritionnelle à Bruxelles

Auteur du livre « Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet »

Edition Thierry Souccar 377 pages – 22 €

 

Des remarques? Des questions ?  Des suggestions ? Utilisez le formulaire ci-dessous!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Comment nos cellules produisent leur Energie, 9.5 out of 10 based on 2 ratings

Incoming search terms:

  • production denergie au niveau de la cellule
  • energie cellulaire
  • comment les cellules produisent de lénergie
  • energie cellulaire definition
  • quest ce qui produit lénergie de la cellule
  • production d energie au niveau de la cellule
  • lénergie des cellules
  • comment la cellule produit de l\energie
  • dissertation la production dénergie au niveau de la cellule
  • comment une cellule produit-elle lenergie dont elle a besoin

5 commentaires

  • Très bon article et toutes mes félicitations, je suis mille fois OK .Petite question :
    sur quelles bases dites  »énergétiques » calculez-vous qu’un adulte décompose 40 Kg
    d’ATP par jour ? est-ce le calcul d’Ivan ILLITCH ? Merci de votre réponse. André

  • Vous savez comme moi que cela est possible dans la mesure où cette molécule a un poids moléculaire important.

    Merci pour votre appréciation sur cet article. Cela me console d’une prise à partie hier soir à Sennecey Le Grand par un naturopathe au cours de ma conférence tout public devant 200 personnes (gratuite). Celui-ci a déclaré que les compléments alimentaires étaient inutiles. Il est difficile de discuter dans de telles conditions. Onze années de pratique m’indiquent qu’ils sont utiles s’ils sont conseillés à bon escient. Comme je ne connais pas l’enseignement de la naturopathie il m’était difficile de répondre et ce n’était ni le lieu et ni l’intérêt pour les auditeurs.
    Cordialement.
    JM Magnien.

    PS: je ne suis pas un scientifique mais quelqu’un qui aime les applications pratiques.

  • Merci pour cet article, j’aimerai ajouter un petit détail de taille.
    On sait depuis déjà longtemps et le prix Nobel de Médecine 2013 l’a encore largement mis en évidence, que la cellule a besoin de courants calcium pour vivre.
    Pourtant pour la plupart des spécialistes de la santé, le calcium est totalement inconnu dans les principes de fonctionnement du corps humain. Pour information, nous avons en moyenne 1,3kg de ce métal alcalin; le calcium est présent dans toutes les cellules, pas simplement dans les os et les dents.
    La Chimie Naturelle, véritable chimie de la vie, offre un autre point de vue et une autre grille de lecture de la réalité-matière vivante.
    Vous souhaitez en savoir + … http://www.chimienaturelle.info

  • JMMAGIEN

    Oui, le rôle du calcium est étendu à beaucoup de secteurs. Ainsi sans sa présence la contraction musculaire s’arrête mais son envahissement cellulaire conduit à la tétanisation. On retrouve là le principe du juste équilibre en toute chose.
    JMM

  • cheche

    – Le cancer serait la conséquence d’un dysfonctionnement d’une mitochondrie du à la baisse du rendement énergétique
    en raison de toxines (tabac, herbicides, métaux lourds, médicaments)
    d’une alimentation trop chargée en de glucose, protéines.chech
    – Peut-on réparer tout ou partie de ce dysfonctionnement ?
    – il semblerait que le sodium R lipoate serait efficace, la détoxination pour un sujet jeune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *