Cause et traitement naturel de l’insuffisance veineuse, des varices

Print Friendly

Cause et traitement naturel de l’insuffisance veineuse, des varices

Un article du professeur Grégoire JAUVAIS, M.D., Sc. D., Ph.D. <Section un trouble, des stratégies>

                 

Jambes lourdes, œdème en fin de journée, varicosités, apparition de varices, sont le signe d’une mauvaise circulation sanguine et lymphatique. 4 français sur 10 en souffrent après une journée passée debout ou assis, surtout dans des pièces ou locaux surchauffés (26°C ou plus) et peu ou pas ré-oxygénés (aérés).

Prévenir l’apparition des varices

Les chirurgiens vasculaires préconisent une prévention basée sur le port de bas de contention ou de maintien, sur l’administration de médicaments phlébotropes et sur le port de vêtements amples. Ils disent qu’il faut, aussi, bannir les pantalons moulants, les chaussettes à élastique serrant la jambe, qu’il faut éviter de croiser les jambes lorsqu’on est assis et ne pas rester plus de 20 minutes dans la même position.

Tous ces conseils ne s’adressent qu’aux symptômes. Ils ne modifient en rien la vraie cause profonde des troubles circulatoires. En effet, pourquoi y a-t’il un trouble circulatoire ?

Causes premières des troubles circulatoires

Les troubles circulatoires sont dus à un ralentissement important de la circulation sanguine et lymphatique et non pas, seulement, de la circulation veineuse (de retour). Et ce ralentissement est, lui-même, dû à une souffrance hépatique, à un épaississement du sang (hémogliase), d’une part, et à un manque de culture physique quotidien, d’autre part.

La souffrance hépatique, qui mobilise à son profit une grande partie de la masse sanguine, pour s’épurer, et l’épaississement du sang sont, eux-mêmes, dus à une hygiène mentale et alimentaire déplorable, pour ne pas dire totalement absente, inexistante chez celles et ceux qui se plaignent de troubles circulatoires. Ces troubles ne font que révéler les troubles énergétiques, quantiques, bio-électro-magnétiques sous-jacents.

Toutes les réactions bio-chimiques, enzymatiques, donc tous les processus métaboliques de l’organisme, sont sous-tendus par des actions quantiques, bio-énergétiques, qui sont de type bio-électro-magnétique. Quand ce champ quantique se collapse, plus ou moins, sous l’action de divers facteurs étio-morbido-pathogènes, les réactions biochimiques, enzymatiques, métaboliques et, donc, les activités vasculaires font de même. Un trouble vasculaire est la traduction visible d’un collapse partiel du champ bio-énergétique sous-jacent, invisible, du foie d’abord, du cerveau ensuite.

Cause première du collapse bio-énergétique

Le Penser holistique est constitué d’un Conscient actionnel, imprimeur (pro-naturant, programmant), et d’un Subconscient ré-actionnel, exprimeur (naturant, grammant). C’est dire que les stress, les conflits psychologiques, bref les sentiments négatifs, suscités à longueur de journée, programment à l’envers le Subconscient réactionnel, concrétiseur, le partenaire intime du Conscient (du mental).

A son tour, le Subconscient, qui s’exprime essentiellement à travers le système neuro-végétatif (dit autonome), matérialise, dans l’organisme, dans le soma, les divers contenus désinformationnels que le Conscient du sujet a imprimé (gravé) en lui par ses vécus intérieurs négatifs. Mais la matérialisation d’une désinformation entraîne un collapsus plus ou moins important de la néguentropie, c’est-à-dire du champ radiant, quantique, bio-électro-magnétique, bref de la vitalité générale, qui dynamise tous les organes. Il en résulte de l’entropie. Or, l’entropie est la cause de toutes les maladies non accidentelles, donc celle des troubles circulatoires.

A cette entropie d’origine mentale, vient s’ajouter une seconde entropie, tout aussi importante, causée par une alimentation anti-spécifique et dénaturée et, souvent, aussi, par un mode existentiel anti-biologique (sédentarité, alcool, tabac, drogues, noctambulisme, abus orgasmiques, médications diverses, etc.).

Les gens, en général, et le corps médical allopathique, classique, en particulier, confondent gastronomie et nutrition.

La gastronomie, c’est-à-dire l’alimentation habituelle, dite « normale », de Madame et Monsieur tout le monde, est le contraire de la nutrition. Les Nutritionnistes et les diététiciens classiques, imprégnés de notions pseudo-scientifiques comme la théorie de la calorie, la théorie de l’omnivorisme, par exemple, préconisent de la gastronomie, alors qu’ils croient, de bonne foi, préconiser de la nutrition, leur concept étant faux à la base. En effet, ils préconisent des faux aliments pour l’homme (céréales, farineux, féculents, légumineuses : pain, pâtes, riz, pommes de terre, lentilles, haricots secs, etc.), des produits laitiers (lait, yaourts, fromages, beurre, etc.) et qui sont, en plus, cuits, voire archi-cuits (par peur des microbes, du ténia, etc.). La véritable nutrition de l’homme n’est nullement cela.

L’homme est un animal. Et, comme tous les animaux de la création, il est régi par des lois psycho-biologiques, inexorables, qu’il doit respecter sous peine de maladies et de mort.

Anatomo-physiologiquement, l’homme est un anthropoïde, comme ses cousins les grands singes (orang-outangs, chimpanzés, gorilles, notamment). Et il devrait, logiquement et biologiquement, se nourrir comme eux. Or, les grands singes, comme tous les animaux vivant librement dans la nature naturelle (la jungle), mangent tout cru. Et ils ne consomment ni viandes ni farineux ou produits laitiers. Ces grands singes sont de grands frugivores, des moyens herbivores, des petits carnivores. Et leur carnivorisme n’est pas sanglant. Ils ne tuent pas les autres animaux pour les dévorer, comme les tigres et les lions, par exemple.

Les faux aliments que sont les aliments anti-­spécifiques, cuits (dénaturés), d’une part, les farineux (amidonisme), les produits laitiers (laitisme) et les fausses boissons (eaux minérales riches en sels minéraux, vin, thé, café, alcool, etc.), d’autre part, sans parler des médicaments chimiques (qui sont, tous, plus ou moins toxiques), sont la cause première des souffrances hépatiques et des altérations de la flore microbienne physiologique (normale) intestinale. Cette altération, doublée d’un épuisement des glandes digestives par sur-alimentation, est la cause d’indigestions chroniques et de troubles digestifs variés, des plus bénins aux plus graves, surtout si l’on est psychologiquement stressé, contrarié, en colère, etc. Les fermentations diverses et les putréfactions intestinales, qui résultent de cet état pathologique, favorisent la prolifération des microbes pathologiques, eux-mêmes producteurs de gaz, de ballonnements et de redoutables toxines qui traversent la paroi intestinale devenue poreuse, perméable, et qui passent, aussi, dans le sang avec les produits de digestion. La constipation qui en résulte, et que le constipé élimine, parfois, épisodiquement, par des crises de diarrhée, salvatrices, ajoute à ce sombre tableau.

Les gastronomes prennent leur intestin pour un tout-à-l’égout. En cultivant leur foi, ils pourrissent leur foie et ses annexes : la vésicule biliaire, l’intestin, le pancréas, etc. Empoisonné par les toxiques ingérés, par les toxines produites dans l’intestin, par l’alcool produit in situ dans l’intestin, à partir des amidons des céréales et des autres farineux non digérés, par l’alcool ou les boissons alcoolisées qui altèrent le foie, le sang devient, alors, un cloaque, épais comme de la boue (d’où le terme d’hémogliase).

Quand, dans les veines, il coule un sang épais comme de la boue, empoisonné, dévitalisé, c’est-à-dire largement dépourvu de champs radiants (de néguentropie), par suite, notamment, de la cuisson de nos faux aliments, il ne faut pas s’étonner qu’il en résulte des troubles circulatoires, des varicosités, des varices, des œdèmes, de la fatigue…

Soins naturopathiques des troubles vasculaires

1°) Corriger l’attitude mentale, habituellement négative, par une ortho-psychothérapie appliquée sous (auto-)hypnose. L’ortho-psychothérapie appliquée sous (auto-)hypnose, que je pratique depuis 1958, permet de repositiver le mental, donc de rectifier l’attitude comportementale, existentielle.

2°) Rectifier l’alimentation, habituellement anti-spécifique et dénaturée, en éliminant les faux aliments et les fausses boissons et en les remplaçant par des vrais : la ration journalière de l’humain devant être composée de 60 à 65% de fruits crus (toutes les sortes : les juteux, les secs sucrés et les secs gras), de 20 à 25% de crudités végétales (crues), tendres, de 5 à 10% de protéines crues (viandes, poissons, œufs, coquillages, crustacés). Le tout soigneusement mastiqué. Les fruits constituent un repas exclusif, à eux seuls. On doit les consommer 6 à 7 heures après avoir consommé des repas protéines (comportant uniquement crudités crues et une protéine), rien d’autre.

3°) Veiller à avoir trois belles selles par jour.

4°) Pratiquer tous les jours, durant 40 à 45 minutes, une culture physique (physio-musculation) à base respiratoire et sudorifique. Travail de la respiration profonde et totale. Travail des abdominaux. Travail des membres inférieurs à la presse verticale, en décubitus dorsal. Bien entendu, les autres groupes musculaires, pectoraux, dorsaux, lombaires, devront être cultivés, eux aussi, mais moins intensément que les muscles abdominaux (massage des organes internes), des muscles des cuisses, des jambes.

La sur-oxygénation des tissus est indispensable pour oxyder les déchets sanguins et lymphatiques et, conséquemment, pour re-vitaliser le cerveau, les systèmes nerveux, central et autonome. On peut, en Institut, se faire administrer, en intra-musculaire, du super-ozone (dénué de peroxyde d’azote, toxique) qui sur-oxygène les tissus et qui, de ce fait, permet d’obtenir des résultats spectaculaires. J’aurai l’occasion, ultérieurement, de parler de cette merveilleuse technique naturopathique peu usitée, hélas, de nos jours.

5°) Pratiquer, une fois par semaine (dans les débuts) ou une fois par mois, un drainage intestinal intense, entraînant une grande accélération du transit intestinal visant à obtenir une diarrhée salvatrice. J’ai essayé, avec succès, le complément nutritionnel EFFIDRAINE Nova’Dyn, qui draine, vraiment, intensément, sans entraîner de coliques.

On peut ajouter du sirop de radis noir cru NOVA’DYN, complément nutritionnel qui stimule l’activité et la vidange de la vésicule biliaire, donc l’épuration du foie. En effet, par son action cholagogue et cholérétique, il draine bien cet organe qui est la poubelle du foie. Toutes les contrariétés entravent, plus ou moins, l’activité de la vésicule biliaire et, donc, du foie. Il en est de même des faux aliments et des fausses boissons (et, bien entendu, de tous les médicaments plus ou moins toxiques). Les personnes fatiguées, manquant constamment de tonus par suite d’une baisse de leur taux de progestérone (femme) ou de testostérone (homme), ont intérêt à ajouter, à leur ration alimentaire, deux compléments nutritionnels, le Strong Vitality et le Féminiz + (femmes) ou le Viriliz forté (hommes). Ils me donnent toujours satisfaction dans ma pratique journalière.

6°) Massage quotidien des jambes surélevées avec POLYVAROM usage externe, produit d’hygiène corporelle, semi-liquide, à base d’huiles essentielles 100% pures et d’origine végétale, mais bio-disponibilisées par hydro-solubilisation ortho-biologique, selon l’invention que j’ai faite dans les années 1961-1962. Seules les Huiles Essentielles végétales bio-disponibilisées de cette façon sont assimilables par la peau et sans danger de surcroît. De plus, elles apportent à l’organisme des charges anioniques (néguentropiques) considérables permettant la revitalisation des vaisseaux sanguins, du système nerveux, du sang, notamment.

En Institut, on fait, en outre, pénétrer plus rapidement ces charges anioniques (ions négatifs d’origine végétale) par application d’effluves électriques d’une haute fréquence. C’est une aide remarquable par son efficacité.

Toutes ces techniques naturopathiques favorisent la disparition des troubles circulatoires et atténuent considérablement la lourdeur des jambes, l’insuffisance veineuse, les varicosités et, même, les varices, par suite de leur revitalisation (re-tonification).

Bien entendu, mon exposé n’est nullement une ordonnance, mais une information scientifique.

Les personnes affectées de troubles circulatoires, d’insuffisance veineuse, doivent se faire soigner par le thérapeute de leur choix. Mon but est de montrer qu’il existe deux façons de se soigner : soit par l’Allopathie (médecine chimique), soit par la Naturopathie (médecine naturelle, ortho-psycho-biologique).

G. JAUVAIS

Pour en savoir plus, lire deux des nombreux ouvrages de cet auteur : La Bible du Succès (Editions Dangles – Groupe Piktos – France) et 100 % Anti-Régime (Editions Fortuna – Belgique ou 231 rue Saint-Honoré, 75001 Paris – Tél : 06.11.25.64.08).

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 6.2/10 (31 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 10 votes)
Cause et traitement naturel de l'insuffisance veineuse, des varices, 6.2 out of 10 based on 31 ratings

Incoming search terms:

  • insuffisance veineuse traitement naturel
  • mauvaise circulation sanguine traitement naturel
  • hémogliase
  • mauvaise circulation sanguine traitement
  • diarrhée salvatrice
  • varicosit
  • veines traitement naturel
  • polyvarom
  • probleme circulatoire
  • trouble circulatoire

4 commentaires

  • Aurélie Beaumont

    Merci pour l’article. Je cherche un traitement varices. Avez-vous des recommendations?

  • Gilles DONGUY

    Bonjour Aurélie,
    difficile de vous proposer de but en blanc un protocole, idéalement il faut une consultation! Mais vous pouvez vous référer à un article du blog livré par le Naturopathe Grégoire JAUVAIS :
    http://www.naturopathie-en-clair.com/cause-et-traitement-naturel-de-linsuffisance-veineuse-des-varices/

    Bien cordialement
    Gilles DONGUY

  • Olivier

    Bonjour, je viens de découvrir votre site, et une lecture rapide me fait un peu peur. La différence entre l’homme et les grands singes, c’est que la cuisson (la découverte du feu il y a 500 000 ans) lui a permis de développer son cerveau (pas toujours à de bonnes fins …), et aussi ses capacités. Cette différence date de si longtemps que l’organisme s’est modifié en conséquence. Le deuxième grand changement alimentaire s’est effectué avec la découverte des Amériques et le développement des transports. Et je pense que c’est à ce deuxième changement qui cause et causera encore longtemps problème à l’homme. D’autant plus que dans nos pays « développés » il n’y a plus de sélection naturelle.
    Le trop cuit est mauvais pour la santé, et le tout cru n’est pas bon pour ma santé mentale, j’ai l’impression de redevenir un vieux singe.
    Cordialement quand même.
    Olivier.

    • Gilles DONGUY

      Bonjour Olivier,
      L’alimentation reste un sujet délicat (ou divers courants se mêlent au sein même de la Naturopathie), que j’aborderais dans de prochains articles. Les propos développés ici n’engage que l’auteur, mais à propos du cru le mieux est de lire son dernier livre (« Que manger pour être en bonne santé, mince et rester jeune », voir l’article correspondante dans la rubrique consacrée aux livres), car il y a « Cru » et « Cru »…
      Bien cordialement,
      Gilles DONGUY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *