L’Aubier de tilleul

Print Friendly, PDF & Email

Un article de Gilles DONGUY

 

Avec les changements de saison notamment, fleurissent dans les magazines féminins (et autres !) les conseils pour se « détoxifier », faire des « cures de drainages », bref « nettoyer son organisme », un véritable sujet « Marronnier ». Une des options efficace pour ce faire est le recours à l’Aubier de tilleul. Mais avant de rentrer dans les arcanes de ce produit, commençons par saisir au mieux quelques notions clefs de la Naturopathie.

.

Question d’humeur…

Parlons en premier lieu de la toxémie…La toxémie (terme forgé par Tilden) rend compte au sens large de la présence excessive de substances toxiques, incompatibles avec la santé : dans le sang (cf. suffixe « émie »), mais aussi la lymphe, les fluides du corps (bref les liquides organiques), les organes, les tissus et les cellules (bref les tissus). Cela nous renvoie donc à une notion d’imprégnation de l’organisme par des surcharges toxémiques de diverses origines… : en l’occurrence, les toxiques externes que l’on peut absorber (alcaloïdes, perturbateurs endocriniens, métaux lourds, fumée de cigarette,…) et les toxines naturellement produites par le corps (les déchet métaboliques ou métabolites intermédiaires toxiques).

La toxémie ne renvoie donc pas seulement au sang, et c’est d’ailleurs pourquoi certains auteurs ont proposé par la suite des termes alternatifs ou du moins complémentaires : par exemple Robert Masson parle dans ses ouvrages de Toxilymphémie. Bref on fait ici référence aux « Humeurs » regroupant en fait le Sang, la Lymphe, les liquides extracellulaires (LEC) parfois nommés « lacunaires » et les liquides intracellulaires (LIC).

Voilà qui introduit une notion importante de la Naturopathie : la théorie de l’HUMORISME, laquelle débouche sur une autre notion : le TERRAIN.

Le terme terrain revient souvent dans le domaine des médecines naturelles et une certaine confusion règne à ce sujet. En Naturopathie, Le terrain s’applique essentiellement à l’état des Humeurs au sens large : liquides organiques et tissus. Nous sommes donc bien en plein dans le concept de l’Humorisme, où le terrain « surchargé », traduit un état de toxémie !

Le terrain peut-être aussi être « carencé », au sens où il y déficit de vitamines, de minéraux et/ou d’enzymes nécessaires au métabolisme…

Or, en Naturopathie, la cause immédiate des maladies, c’est justement la dégradation du terrain humoral, ce qui renvoi à un troisième concept clef de la Naturopathie : le CAUSALISME (Cause toujours!) qui se décline en deux aspects :

  • D’une part la notion d’unicité morbide qui renvoi à la cause immédiate des maladies (l’encrassement humoral ou encore Hémogliase)
  • D’autre part les erreurs d’hygiène de vie qui ont conduit à cet état d’encrassement humoral.

Notons pour être complet que certaines maladies sont indiscutablement toxémio-dépendantes (la plupart des dermatoses par exemple) alors que d’autres relève plutôt d’un déséquilibre psycho-émotionnel (une incontinence d’urine due à un trouble psychologique par exemple), les deux terrains pouvant coexister…

Reste à préciser qu’au-delà d’un catalogue infini de maladies liées à l’encrassement humoral, la Naturopathie orthodoxe propose un modèle de classification des troubles de santé, en deux volets :

  • Les maladies à « Colles »
  • Les maladies à « Cristaux »

Les maladies à colles évoquent les troubles accompagnées de mucus, de glaires, d’expectorations, de kystes, etc. Par exemple la sinusite chronique, l’eczéma suintant…

Les maladies à cristaux, comme leur nom l’indique, renvoient aux dépôts cristalloïdes comme dans la Goutte par exemple, et sont souvent douloureuses.

Alors : que fait l’organisme face à l’assaut répété des humeurs par les toxines et toxiques ? Fort heureusement, notre corps et son intelligence vitale (c’est la notion de VITALISME) sollicite des systèmes d’épuration efficaces…jusqu’à un certain point !

.

Les Émonctoires à la rescousse !

En effet, face à cette offensive toxique endogène et exogène permanente, notre organisme dispose de mécanismes de détoxication et d’élimination mis en œuvre par un certain nombre d’organes nommés ÉMONCTOIRES pour l’occasion!

Le Roi de la détoxication en l’occurrence, est incontestablement notre ami le FOIE qui pratique l’art de rendre « inoffensives » les molécules dangereuses qui lui parviennent via le système porte notamment, et les évacue notamment via la bile.

Les REINS n’en sont pas moins les Seigneurs de la chose : ils filtrent le sang de ses déchets qui sont ensuite dilués dans l’urine laquelle sera stockée puis évacuée par la Vessie.

Notons au passage que ces deux émonctoires maîtres aiment la chaleur : ils fonctionnent de façon optimales aux alentours de 40 °C, d’où l’intérêt des bouillottes pour les stimuler…

Le Colon joue aussi son rôle notamment dans l’élimination vers l’extérieur des toxines (via les selles bien sûr), en collaboration avec le Foie et la Vésicule Biliaire, de même que les Poumons et la Peau.

.

Drainage, « Détox », Dépuration ?

Autant de termes plus ou moins interchangeables (dans le langage courant) qui évoquent l’idée d’un nettoyage…mais sont-ils pour autant équivalents ? Tentons une clarification.

Si l’on utilise le terme « Détox », incontestablement et en toute logique, on fait référence aux capacités de détoxication du Foie, comme déjà évoqué : ce dernier traite les molécules toxiques en deux phases biochimiques, qu’il n’y a pas lieu de détailler ici.

La « Dépuration » est un terme souvent employer pour évoquer le nettoyage du sang via l’usage de plantes adaptées : nous retrouvons là les actions conjuguées du Foie, des Reins et des Poumons.

Enfin le drainage comme son nom l’indique, oriente vers la notion de « rejet » : Le Foie rejette un certain nombre de déchets avec la bile, le Gros intestin rejette les selles, les Reins et la Vessie rejettent l’urine, etc.

En fin de compte, le drainage à pour but « d’ouvrir les émonctoires » de façon à stimuler le travail de filtration du sang et d’élimination des toxines et toxiques vers l’extérieur. Nous conserverons ce terme général de « Drainage » voir « Drainage-Détox » pour la suite de notre propos.

Parmi diverses techniques pour ce faire, deux sont particulièrement efficaces et d’ailleurs complémentaires :

  • Les diètes au sens large (jeûnes, monodiètes, diètes)
  • Les drainages par stimulation des émonctoires via des plantes médicinales

Il faut ajouter conjointement à cela l’assèchement des sources toxiniques! Cela dit, il faut bien garder à l’Esprit ceci : ce ne sont pas en soi les diètes ou les plantes qui réalisent le Drainage-Détox, mais bien la force vitale (le Potentiel Vital Homéostasique selon Robert Masson) en action. Pour autant, les plantes sont essentielles pour stimuler et orienter cette force vitale afin d’ouvrir les émonctoires. Ce qui suppose un minimum de force vitale au passage…

Ceci posé, voyons maintenant de plus près ce qu’il en est avec le tilleul en général…et son Aubier en particulier.

.

L’ami Tilleul

Le tilleul à petites feuilles – Tilia sylvestris (cordata) – appartient à la famille des tiliacées : c’est un arbre pouvant atteindre 20 à 30 mètres de hauteur, dont les inflorescences diffusent cette odeur mielleuse caractéristique qui embaument l’atmosphère!

Tout le monde connaît l’usage du tilleul en phytothérapie : une infusion de fleurs (avec ses bractées) de tilleul a des vertus sédatives (a noter cependant que chez certains individus l’effet sera inverse…). et digestives.

Moins connu, les fleurs de tilleul ont aussi une action sur la sphère ORL, et l’infusion de tilleul est donc bienvenue dans les cas de sinusite, maux de gorge, …

Le tilleul occupe aussi une place de choix en gemmothérapie : son bourgeon à en effet sédatif nerveux majeur : il harmonise le système nerveux, traite les tensions psychiques (les draine en quelque sorte!) et agit sur les crampes musculaires.

Il présente (à l’instar de nombreux autres simples d’ailleurs) une composition biochimique assez fournie, liste non exhaustive : tanins, mucilages, huiles essentielles (Farnésol notamment), coumarines, vitamine C, acide caféique, flavonoïdes…qui expliquent ses nombreuses propriétés médicinales, notamment :

  • Sédatif
  • Antispasmodique
  • Fluidifiant sanguin
  • Diurétique

Mais le tilleul et ses fleurs est l’arbre -si je puis dire- qui cache la forêt…et sa botte secrète : j’ai nommé l’Aubier de tilleul.

.

Aubier levé!

Qu’est-ce que l’Aubier? C’est en fait la seconde écorce de l’arbre, celle où circule la sève. Si les fleurs de tilleul ont de nombreuses vertus, l’Aubier de tilleul n’est pas en reste et présente des propriétés remarquables. Comme les fleurs il regorge de principes actifs nombreux dont les plus notoires sont :

  • Le phloroglucinol (flavonoïdes), qui entre dans la composition du célèbre médicament  SPASFON ©
  • Des polyphénols
  • Des coumarines
  • Un principe amer : la tiliadine

Ainsi, l’aubier de tilleul affiche des propriétés médicinales que l’on peut mettre en perspective avec les principes naturopathiques évoqués plus haut. En effet, l’aubier de tilleul agit sur deux émonctoires majeurs :

  • Tout d’abord le FOIE et le système digestif : il est en effet cholérétique (favorise la sécrétion de la bile) et cholagogue (favorise l’évacuation de la bile par la vésicule biliaire). Le principe actif qu’est la tiliadine y est pour quelque chose ! Nous avons donc là un effet probant sur le drainage des déchets via la bile. Avec le phloroglucinol et ses vertus antispasmodiques, l’ensemble favorise une bonne digestion, tout en lutant contre les douleurs hépatiques et biliaires(et migraines associées), les coliques néphrétiques, les dysménorrhées.
  • Et ensuite et surtout les REINS : diurétique (et hypotenseur), l’aubier est de fait aussi un puissant dissolvant des lithiases rénales (qu’il prévient en activant l’élimination de l’acide urique) mais aussi biliaires. Nous retrouvons encore une fois l’action de drainage des déchets, comme pour le Foie et la bile.

L’Aubier de tilleul se révèle donc être un puissant draineur des déchets de l’organisme, d’où ses indications phares, en dehors de son effet antispasmodique:

  • Lithiases (rénales notamment, la « gravelle »)
  • Rhumatismes, goutte
  • Insuffisance hépatique

Il agit donc en particulier sur les « maladies à cristaux » décrites comme telles par la Naturopathie orthodoxe (lithiases rénales, rhumatismes, etc.)

Bien entendu, comme toute plante active l’aubier de tilleul implique quelques précautions d’usage et des contre-indications, notamment :

  • A utiliser avec précaution en cas d’obstruction de vies biliaires, comme c’est le cas pour toutes les plantes cholagogues (risque d’évacuation d’un calcul trop gros)
  • Chez les personnes de constitution nerveuse, ou affaiblie, faire attention au risque de déminéralisation de par son action diurétique: en ce cas, il convient de compléter avec de la prêle par exemple.

Mais au fait, où trouver de l’aubier de tilleul…de qualité ?

.

Le terroir ça compte !

De nos jours, nombreux sont les laboratoires qui proposent de l’aubier de tilleul, bio la plupart du temps. Pour autant, ma préférence va indiscutablement vers l’aubier du tilleul sauvage du Roussillon « La Gravelline ».

Car le terroir à son importance pour un aubier de tilleul de qualité : l’aubier du tilleul sauvage du Roussillon est tout à fait édifiant de ce point de vue : les tilleuls poussent dans une région montagneuse difficile d’accès (dans les Pyrénées orientales) et exempte de pollution (pesticides notamment). D’autre part les modalités d’abattage et de récolte sont également décisives : arbres âgés de 20 à 25 ans, sélection de grosses branches, au moment de la montée de la sève…Tout cela dans le cadre d’une charte de qualité intégrant notamment  les certifications ECOCERT et DEMETER selon les produits.

Ainsi l’aubier du tilleul sauvage du Roussillon « La Gravelline » se présente au final sous forme de de bâtonnets qu’il convient d’utiliser bien sûr en décoction.

Il se décline aussi, entre autres, sous forme d’ampoules à diluer dans un grand verre d’eau.

En conclusion, l’aubier de tilleul est un atout de choix des approches naturelles de drainage et de traitement des rhumatismes notamment, et ce avec une efficacité toute particulière quand il est issu du tilleul sauvage du Roussillon, la Gravelline.

Aussi je vous invite à retrouver plus d’informations sur le lien ci-dessous, et à tester ce magnifique produit à l’occasion de votre prochaine cure de drainage !

La Gravelline

Gilles DONGUY

Quelles sont vos remarques et observations ?

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
L'Aubier de tilleul, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Incoming search terms:

  • aimants qui soignent
  • positionnement des aimants en magneto therapie
  • placer magnetotherapie
  • nord et sud pour aimant therapie
  • les vertues de l aubier de tieulle
  • guerir avec application oreille
  • de soigner par les aimants
  • quel utilisation ont les aimanrs
  • comment utilisé les aimant pour guérir
  • aubier et metaux lourds

3 commentaires

  • andré girard

    Excellent article à la gloire du tilleul, de son aubier et enfin de la naturopathie en générale, fort bien décrite dans son esprit et ses valeurs médico-guérisseuses .
    Merci GILLES .

  • Gérôme Cyrille

    Merci, c’est utile et intéressant de faire le point sur l’aubier de tilleul. Dans le même esprit, récemment je me disais que l’on prête beaucoup de propriétés à l’Huile de Haarlem sans que l’on sache réellement ce qu’il en est. S’il vous prend l’envie de faire le tour de la question j’en serais très ravi.

    Cordialement

    Cyrille

  • SARMENTO PERRET

    Bonsoir Gilles DONGUY,
    C’est toujours un bonheur de vous lire, un apprentissage en continu
    Merci pour vos magnifiques articles
    Bien à vous
    Stella

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *