Aubier de Tilleul versus Sève de Bouleau

Print Friendly, PDF & Email

Un article de Gilles DONGUY

Nous avons évoqué dans un précédent article, les vertus de l’Aubier de Tilleul, notamment celui du Roussillon La Gravelline. Or parmi les grands draineurs de l’organisme, une autre arbre se pose un peu là : le Bouleau, avec la célèbre sève de Bouleau. Alors sommes-nous devant un dilemme cornélien ? Tentons de donner ici quelques éléments pour un choix éclairé !

.

Tilleul et Bouleau

Voila deux arbres feuillus (à feuilles caduques) qui ne passent pas inaperçu ! Si le Tilleul (Genre Tilia) appartient à la famille des Tiliacées, et le Bouleau (Genre Betula) à la famille des Bétulacées (comme le Charme et le Noisetier), tous deux ont pour caractéristique de prendre un peu de hauteur si je puis dire: jusqu’à 30 m ou plus pour le Tilleul et 20 m pour le Bouleau. Ce dernier peut vivre une centaine d’année, il s’accommode de sols pauvres mais néanmoins humides, et sa croissance est rapide, ce qui en fait un grand colonisateur. Le Tilleul a une longévité plus marquée (3 à 400 ans), il a aussi une croissance assez rapide, et préfère les sols frais et sablonneux.

Dans le domaine médicinal, ces deux arbres disposent d’une panoplie assez complète quant à leur modalités d’utilisation, jugez-en plutôt  :

Oui, on peut aussi consommer la sève fraîche de Tilleul, mais côté sève, le Bouleau tient le haut du pavé…Nous pouvons ainsi d’ores et déjà remarquer la similitude qui existe entre ces deux produits : en effet, l’Aubier du tronc d’un arbre est la « partie vivante » de l’arbre (la seconde écorce), là ou transite la sève…Et la sève de Bouleau est récoltée non loin de l’écorce, dans l’Aubier ! Bien sûr d’un coté on récolte la sève, consommable directement, de l’autre on extrait l’Aubier qui sera traité en décoction. Dans les deux cas, la récolte se fait au printemps lors de la montée de la sève brute, celle qui va des racines aux bourgeons.

Ceci dit, n’en déplaise aux cochons, on peut donc admettre que tout est bon ou presque dans le Bouleau et le Tilleul !

Nous allons maintenant cibler notre propos sur des espèces bien particulières : pour l’Aubier de Tilleul, il s’agit de Tilia Cordata Sylvestris (Tilleul à petites feuilles), et pour la sève de Bouleau c’est Betula pendula (Bouleau blanc ou verruqueux).

Pour ce qui concerne l’Aubier de Tilleul, je vous renvoie en guise d’introduction à l’article que je lui ai consacré précédemment, où les notions de détox et de drainage ont été clarifiées.

.

De la composition

Nous entrons là dans l’intimité biochimique de nos deux compères, complexe et tortueuse à souhait ! Est-ce bien nécessaire? En effet, les savoirs traditionnels sur les plantes n’ont pas attendu l’essor des analyses biochimiques pour connaître leurs propriétés médicinales…et la liste des molécules est en générale pléthorique ! Mais pour autant, la connaissance de ces éléments de biochimie permet de confirmer plus finement quasi systématiquement les vertus médicinales attribuées aux plantes. Alors allons-y, sans trop rentrer dans les détails !

L’Aubier de Tilleul contient des flavonoïdes (dont le phloroglucinol qui entre dans la composition du SPASFON ©), d’autres polyphénols (catéchines) antioxydants, des coumarines (vasculoprotectrices), de la tiliadine (un principe amer), des mucilages.

La sève de Bouleau (plus de 95% d’eau) contient des sucres (sources du fameux Xylitol) des acides (dont l’acide malique et l’acide bétulinique), de nombreux acides aminés (17 répertoriés, dont l’acide chlorogénique, utile au métabolisme des graisses et des sucres), des minéraux et des oligoéléments (Calcium, Magnésium, Potassium, Silicium), des tanins, des hétérosides, de la vitamine C, de la Quercétine. Elle contient aussi des précurseurs de salicylates de méthyle (proche de l’aspirine, mais sans les effets secondaires)

.

Que de vertus!

Les propriétés médicinales d’une plante (ou partie de la plante) s’expliquent en grande partie par les diverses molécules qu’elles contiennent, dont beaucoup sont liées au métabolisme secondaire de la plante en question. Même si certains principes actifs peuvent être corrélés à telle ou telle propriété médicinale, c’est probablement l’ensemble de ces molécules (que l’on trouve dans le totum de la plante ou d’une de ses parties) qui constituent une synergie (1+1 = 3!) expliquant ses vertus.

Voici donc un tableau comparatif des vertus respectives de l’Aubier de Tilleul, et de la Sève de Bouleau.

On remarque bien sûr un grand point commun entre les deux produits : le drainage des déchets, notamment au niveau rénal (aspect diurétique).

Le tableau ci-dessous donne les indications phares de l’Aubier de Tilleul et de la Sève de Bouleau, liste non exhaustive :

Ces indications sont assez proches il est vrai, mais avec un effet drainant plus puissant pour l’Aubier de Tilleul, tandis que la Sève de Bouleau est par ailleurs minéralisante et tonifiante (minéraux, acides aminés).

Il faut ajouter qu’en cas d’obstruction avérée des voies biliaires, ces deux produits, et en particulier l’Aubier de Tilleul, sont à éviter.

Enfin, dans tous les cas, il conviendra de boire plus abondamment pendant la période de cure (une cure peut durer entre 10 jours et 3 semaines maxi : se référer le cas échéant aux conseils du thérapeute ou du laboratoire)

.

En pratique

Que choisir ? Il est vrai que la sève de Bouleau (une véritable « Eau de Bouleau ») se récolte au printemps, et préférentiellement on la consomme fraîche à cette période. En effet, pour une cure automnale, il faut faire appel à la sève de Bouleau légèrement pasteurisée (on dit « tyndallisée »), mais tout à fait acceptable cependant.

L’Aubier est lui aussi récolté au printemps, mais il est plus facile à conserver, vu sa nature ligneuse, et peut s’utiliser toute l’année.

Mais ce n’est pas là le seul critère de choix bien sûr. Rappelons qu’en Naturopathie, il y a deux  « cures » majeures : le drainage des déchets d’une part, et la revitalisation d’autre part.

Question drainage, l’Aubier est certainement plus puissant,comme déjà évoqué, que la sève de Bouleau, et en particulier sur les calculs rénaux. Il a de plus une action plus marquée sur la sphère hépato-biliaire que la sève de Bouleau. Il sera particulièrement indiqué pour les personnes « pléthoriques », et congestives, au tempérament sanguin, ayant de bonnes réserves minérales et vitales. Les personnes à la vitalité plus faible pourront aussi bénéficier du puissant effet de drainage de l’Aubier, mais dans leur cas, il faudra adjoindre une source de minéraux, comme la prêle par exemple.

La Sève de Bouleau, outre ses vertus drainantes, a par ailleurs un coté revitalisant, de part sa richesse en divers minéraux notamment, elle conviendra particulièrement aux personnes à petite vitalité.

Pour une utilisation plus générale, préventive, pourquoi ne pas alterner les deux possibilités au cours d’une année ? La montée de la sève correspond au printemps, une cure de sève de Bouleau peut s’avérer intéressante pour drainer les « déchets » de l’hiver, tout en tonifiant l’organisme (pour autant une cure d’Aubier – récolté au printemps également comme déjà précisé- sera aussi intéressante pour son aspect drainage plus puissant). Et donc à l’automne miser alors sur l’Aubier de Tilleul, la sève 100% fraîche étant quasi introuvable à cette époque (si ce n’est congelée ou tyndallisée par exemple, ce qui reste tout à fait acceptable au demeurant).

A noter cela dit, pour les précautions d’emploi : la Sève de Bouleau est contre-indiquée (à haute dose) en cas de prise d’anticoagulants, d’allergie aux dérivés salicylés. Elle est déconseillées aux femmes enceinte et allaitantes. Quant à L’Aubier de Tilleul, il est également déconseillé dans une moindre mesure aux femmes enceintes et allaitantes.

Alors ces précautions prises, et en connaissance de cause, pour votre santé et un bon drainage de votre organisme, mettez-vous au Bouleau ou levez l’Aubier !

.

Gilles DONGUY

Profitez de l’espace ci-dessous pour observations et questions!

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
Aubier de Tilleul versus Sève de Bouleau, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Un commentaire

  • Ces deux médications naturelles sont à utiliser effectivement en première intention . En détox j’utiliserais plus volontiers le bouleau et pour tout ce qui est des algies viscérales (spasmes,…) plutôt l’aubier, Suivant le  »doigté »du thérapeute, il est clair que ces produits naturels évitent souvent la chimie de synthèse.
    Merci Gilles de nous faire profiter une nouvelle fois de ta verve  »affutée » et juste..!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *